Il y a 100 000 ans, les personnes atteintes d'autisme étaient plus qu'acceptées, elles étaient respectées

Il y a 100 000 ans, les personnes atteintes d’autisme étaient plus qu’acceptées, elles étaient respectées

L’autisme, la moralité collaborative et le succès de l’évolution humaine

Un changement subtil se serait opéré dans notre histoire évolutionnaire il y a 100,000 ans; cela aurait permis aux individus qui pensaient et se comportaient différemment, comme les personnes atteintes d’autisme, à s’intégrer à la société. C’est ce que rapportent les universitaires de l’Université de York.

Le changement est apparu avec l’émergence de la moralité collaborative, un investissement dans le bien-être de tous les membres du groupe. Cela signifie que les personnes qui avaient des traits autistiques n’étaient pas seulement acceptées mais peut-être respectées pour leurs compétences particulières.

La diversité des individus

Plutôt que d’être délaissées, ou au mieux tolérées, l’équipe de recherche conclue que nombreux d»entre elles ont pu jouer un rôle important dans leur groupe social en raison de leurs talents et compétences uniques.

«Nous soutenons que la diversité, les variations entre les gens, a été probablement plus importante dans le succès de l’évolution humaine que les caractéristiques d’une personne» explique Penny Spikins, maitre de conférence en archéologie des origines humaines à l’Université de York, «c’était la diversité entre les gens qui a conduit au succès humain et c’est particulièrement important car cela vous donne différents rôles spécifiques. Nous estimons que c’est l’apparition de la moralité collaborative qui a conduit à la possibilité d’élargir la diversité de la personnalité humaine.»

Une mémoire exceptionnelle

De nombreuses personnes autistes ont des compétences mémorielles exceptionnelles, des perceptions accrues dans le domaine de la vision, du goût, de l’odorat et une meilleure compréhension des systèmes naturels comme le comportement des animaux.

L’incorporation de certaines de ces capacités dans une communauté a pu jouer un rôle vital dans le développement des spécialistes, suggèrent les auteurs de l’étude.

Une précédente étude ethnographique, en 2005, d’un vieil éleveur de rennes en Sibérie, avait révélé sa mémoire détaillée de la parenté, de l’histoire médicale et du caractère de chacune de ses 2600 bêtes. Sa connaissance vitale a du apporter une contribution importante à leur gestion et survie. Le grand-père était plus à l’aise en compagnie des rennes que des hommes, mais il était très respecté, avait une femme, un fils et des petits-enfants.

Des indices dans l’art rupestre

Trouver des traces tangibles d’autisme dans les données archéologiques a toujours été un défi pour les universitaires. Le Dr Spikins ajoute que «les données archéologiques ne nous donnent pas suffisamment de données pour l’autisme, cependant, elles nous apportent des informations sur des personnes qui ont diverses différences et sur la façon dont elles ont été intégrées»

D’autres indices peut être trouvés dans les grottes et d’autres artéfacts. «Il y a eu un débat de longue date concernant l’identification des traits autistiques dans l’art rupestre du paléolithique supérieur. Nous ne pouvons pas dire que cela a été dessiné par une personne autiste, mais il y a des traits qui sont identifiables comme étant de personne autiste. C’est aussi à peu près à cette époque que nous voyons l’émergence de la moralité collaborative»

Source: Wikistrike, 27 novembre 2016.

En savoir plus sur Vincent Deroy

Depuis août 2012, je fouille sur le web à la recherche des cas paranormaux les plus étranges pour le site www.paranormalqc.com dont je suis le Rédacteur en chef. Handicapé de naissance, j'ai aussi été secrétaire-trésorier du musée de mon village pendant 6 ans et demi.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.