Maroc : L’ADN humain le plus ancien d’Afrique révèle des indices sur une culture ancienne et mystérieuse

Maroc : L’ADN humain le plus ancien d’Afrique révèle des indices sur une culture ancienne et mystérieuse

Les sépultures d’une grotte au Maroc ont permis d’obtenir les plus anciennes preuves d’ADN humain provenant d’Afrique, offrant un nouvel aperçu des migrations de l’âge de pierre.

Les échantillons d’ADN proviennent d’un des plus anciens cimetières du monde, la Grotte des Pigeons, près du village de Taforalt au nord-est du Maroc.

Il y a environ 15 000 ans, une culture de chasseurs-cueilleurs enterrait leurs morts avec des cornes d’animaux et d’autres ornements à l’intérieur de cette grotte. Bien que des sépultures aient été découvertes aussi récemment qu’en 2006, les archéologues fouillent la grotte depuis les années 1940 [Galerie d’images : Notre ancêtre humain le plus proche].

Le nom que les chercheurs du XXe siècle ont donné à cette culture – les Iberomaurusiens – reflète la théorie selon laquelle les gens qui vivaient dans ce coin de l’Afrique du Nord étaient étroitement liés à l’Europe et ont peut-être traversé la Méditerranée par bateau ou par un pont terrestre à partir de la péninsule ibérique ou de la Sicile. Des sites ibéromaurusiens ont été trouvés dans le Maghreb, la zone située entre les montagnes de l’Atlas qui enjambent le Maroc, l’Algérie et la Tunisie, et la mer Méditerranée. Certains archéologues avaient fait valoir que les petites lames de sites comme la Grotte des Pigeons ressemblaient aux outils en pierre de la culture Gravettienne, qui était très répandue dans le sud de l’Europe pendant le Paléolithique supérieur (qui a duré de -50 000 à -10 000 ans il y a 10 000 ans). Aujourd’hui, les Nord-Africains ont une grande quantité d’ADN européen.

Mais la nouvelle preuve ADN raconte une histoire différente sur les origines des Iberomaurusiens. Lors de récentes fouilles menées par l’Université d’Oxford dans la Grotte des Pigeons, les archéologues ont conservé les os pétrifiés d’oreille interne, une bonne source d’ADN ancien. Les chercheurs de l’Institut Max Planck, à Jena, en Allemagne, ont extrait de l’ADN mitochondrial ancien, qui n’est transmis que de la mère à sa progéniture, de sept individus, ainsi que de l’ADN nucléaire, hérité des deux parents, de cinq des squelettes.

“En raison des conditions difficiles pour la préservation de l’ADN, relativement peu de génomes anciens ont été récupérés en Afrique, et aucun d’entre eux n’est antérieur à l’introduction de l’agriculture en Afrique du Nord”, a déclaré Marieke van de Loosdrecht, archéogénéticienne à l’Institut Max Planck pour la science de l’histoire humaine, dans un communiqué.

Contrairement à la théorie selon laquelle les Européens originaires de Sicile ou de la péninsule ibérique ont été enterrés à la Grotte des Pigeons, l’analyse n’a révélé aucun lien génétique avec l’Europe du Sud. Les résultats, qui ont été rapportés le 15 mars dans la revue Science, ont montré qu’environ deux tiers de l’ADN ibéromaurusien correspondaient étroitement à celui des anciens Natufiens, une culture ultérieure qui existait au Moyen-Orient, ce qui suggère que le peuple de la Grotte des Pigeons et les Natufiens partageaient des ancêtres communs d’Afrique du Nord ou du Moyen-Orient.

Environ un tiers de l’ADN ibéromaurusien ressemble à l’ADN des Africains subsahariens, qui a peut-être été hérité d’ancêtres plus anciens ou apporté par des migrants contemporains de l’âge de pierre, selon un article de presse paru dans la revue Science. Les résultats offrent de nouvelles preuves de contacts précoces entre l’Afrique du Nord et le Proche-Orient, et les régions au sud du désert du Sahara, considérées comme un obstacle majeur à la migration.

Les études génétiques se sont considérablement développées en Europe au cours des deux dernières décennies, couvrant une histoire humaine remontant à 40 000 ans. De nombreux laboratoires où les scientifiques étudient l’ADN ancien sont situés en Europe, et les chercheurs ont accès à de nombreux vestiges bien conservés.

L’étude des génomes africains anciens a été beaucoup plus parcimonieuse. Les chercheurs de la nouvelle étude ont écrit que les sites africains ont tendance à avoir des conditions plus difficiles pour la préservation de l’ADN ; les températures plus chaudes ont tendance à accélérer la décomposition de l’ADN. Ce n’est qu’en 2015 que les chercheurs ont publié le séquençage du premier génome africain ancien, à partir de restes humains vieux de 4 500 ans trouvés en Éthiopie. L’an dernier, les scientifiques ont fait état de découvertes d’ADN ancien datant d’il y a 8 100 ans, provenant de restes humains d’Afrique australe et orientale.

Les chercheurs ont écrit que d’autres études génétiques sur d’autres sites ibéromaurusiens seront “critiques” pour vérifier si les preuves de la Grotte des Pigeons sont représentatives du patrimoine génétique ibéromaurusien.

Sources: Le nouvel ordre mondial, Live Science, le 27 mars 2018.

En savoir plus sur Vincent Deroy

Depuis août 2012, je fouille sur le web à la recherche des cas paranormaux les plus étranges pour le site www.paranormalqc.com dont je suis le Rédacteur en chef. Handicapé de naissance, j'ai aussi été secrétaire-trésorier du musée de mon village pendant 6 ans et demi.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.