Des crânes allongés de Paracas vieux de 3 000 ans appartiennent à une race humaine inconnue

Des crânes allongés de Paracas vieux de 3 000 ans appartiennent à une race humaine inconnue

Les crânes allongés sont un phénomène mondial très intéressant. Partout sur la planète, les chercheurs découvrent constamment des traces de ces artefacts mystérieux, dont la nature défie prétendument toute explication.

De nombreux chercheurs citent avec enthousiasme les crânes allongés comme preuve de l’existence d’une archéologie interdite. Et certains d’entre eux pensent même qu’ils sont la preuve que la véritable histoire de l’humanité est cachée à la plupart des gens.

Parmi les exemples les plus intéressants de crânes allongés figurent les crânes dits de Paracas. Ils ont été découverts dans la province de Pisco, au Pérou, il y a près de cent ans.

Il était une fois l’empire inca qui prospérait dans ces lieux. Les crânes seraient âgés d’environ 3 000 ans. Et des tests ADN auraient montré que les crânes allongés de la culture Paracas appartiennent à une espèce humaine totalement inconnue.

En 1928, un archéologue péruvien nommé Julio Tello a découvert un cimetière contenant une série de tombes. Les fouilles menées dans la région ont mis au jour de nombreux crânes en forme de cône qui ont soulevé des questions sur ce groupe de personnes énigmatiques.

Au départ, Brian Foerster, qui a mené l’étude ADN, pensait que ces crânes ne s’inscrivaient pas dans « l’arbre évolutif connu ».

Selon certaines analyses ADN, la déformation du crâne n’a pas été créée artificiellement, mais est due à la génétique. Les crânes allongés de la culture Paracas présentent d’autres caractéristiques étranges.

Les chercheurs ont conclu que le volume moyen de ces crânes est de 25 % supérieur à celui de l’homme moderne moyen. En outre, ils sont 60% plus lourds que les crânes humains ordinaires. Mais ce n’est pas tout.

En 2018, une équipe de chercheurs dirigée par Brian Foerster et L.A. Marzulli a présenté ses conclusions sur les DNS lors du symposium sur les crânes allongés à Los Angeles. Foerster explique :

« Les résultats de l’ADN se sont en fait révélés incroyablement complexes… Il me faudra un certain temps pour comprendre ce que ces résultats signifient. Mais ce qu’ils montrent avec certitude, c’est que le peuple de la calotte de Paracas n’était pas à 100% amérindien. Ils étaient un mélange ou même un hybride de différents peuples.

« Leurs groupes sanguins sont également très complexes, ils devraient avoir un groupe sanguin « O » s’ils sont 100% amérindiens, mais ce n’est pas le cas. Le plus probable est que nous ayons affaire à une sous-espèce de l’humanité en ce qui concerne les [crânes de] paracas… Il semble y avoir beaucoup de preuves génétiques provenant de l’extrême est de l’Europe et de l’extrême ouest de l’Asie.

« Plus précisément, je parle de la zone située entre la mer Noire et la mer Caspienne, où d’anciens peuples au crâne allongé ont vécu, je pense, il y a environ 3000 ans. Je pense donc que nous sommes en présence d’un schéma de migration qui commence dans la région de la mer Caspienne et de la mer Noire, puis se déplace dans le golfe Persique et se déplace ensuite vers l’est, pour finalement aboutir sur la côte du Pérou. »

Les premières références écrites à la déformation artificielle du crâne remontent à 750-650 avant Jésus-Christ. Dans son livre Catalogue des femmes, le poète grec Hésiode mentionne une tribu d’Afrique ou d’Inde appelée « Macrocephaloi » (ou « Macrocephali »), ce qui se traduit approximativement par « grosses têtes ». La déformation du crâne des enfants était pratiquée par les Huns, les Goths et les Alans dès les IVème et Vème siècles.

En avril 2021, une vidéo a été publiée sur YouTube dans laquelle le présentateur montrait les crânes allongés qu’il avait trouvés à Huancavelica, une ville du Pérou. L’animateur s’exprime en espagnol dans une vidéo intitulée « J’ai trouvé des crânes étranges et déformés dans les montagnes de Huancavelica ».

La vidéo est devenue virale après qu’un utilisateur de Facebook l’a postée et a souligné la forme du crâne et des orbites comme preuve d’une origine extraterrestre.

Certains experts ont déclaré que le crâne et les orbites étaient parfaitement normaux. « Les orbites sont normales et dans les limites de l’homme et ressemblent à celles d’autres crânes humains du Pérou », a déclaré Melissa S. Murphy, professeur d’anthropologie à l’Université du Wyoming, spécialisée dans l’analyse des restes humains du Pérou.

Des échantillons ont été envoyés à un laboratoire de génétique, mais afin de ne pas affecter le résultat, l’origine des crânes n’a pas été signalée.

Fait intéressant, dans l’ADN mitochondrial hérité de la mère, des mutations inconnues de toute personne, de tout primate ou de tout autre animal ont été trouvées, et ces mutations indiquaient un type de personne différent, différent de l’Homo Sapiens, des Néandertaliens ou des Hommes de Denisova.

Il a été rapporté que les personnes dont le crâne provenait de Paracas étaient biologiquement différentes et que le métissage avec elles aurait été impossible.

Alors, qui étaient ces gens ? Ont-ils évolué ici sur Terre selon un chemin si différent du nôtre qu’ils ont fini par avoir une apparence complètement différente ? Et si les crânes de la culture de Paracas n’étaient que les restes d’extraterrestres ?

Source: Astro Univers

En savoir plus sur Vincent Deroy

Depuis août 2012, je fouille sur le web à la recherche des cas paranormaux les plus étranges pour le site www.paranormalqc.com dont je suis le Rédacteur en chef. Handicapé de naissance, j'ai aussi été secrétaire-trésorier du musée de mon village pendant 6 ans et demi.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.