Découvrez la “cyber-limace” cannibale qui pourrait faire prendre conscience aux IAs de leurs identités

Découvrez la “cyber-limace” cannibale qui pourrait faire prendre conscience aux IAs de leurs identités

Lorsque le spécialiste de la biologie informatique Rhanor Gillette étudie le comportement prédateur des animaux, il ne débute pas avec les lions, les tigres et les ours. Il se concentre plutôt sur une limace de mer appelée Pleurobranchaea californica. Ou, au moins, une version virtuelle de l’une d’entre elles.

Dans une étude récente publiée dans le journal eNeuro, Rhanor et son équipe de l’Université de l’Illinois ont montré qu’une limace de mer simulée par ordinateur, qu’ils ont baptisée “Cyberslug” (Cyber-limace, ndlr), peut autant répondre aux stimuli que ses homologues vivants le font dans le monde réel. Cette IA de l’invertébré réagit aux aliments et à d’autres membres de son espèce, selon les chercheurs, et présente même des formes élémentaires de conscience de soi.

“Nous avons conçu Cyberslug pour reproduire les relations que nous avons trouvées dans le cerveau du véritable prédateur de limaces marines”, a déclaré Rhanor à Digital Trends.

Dans cette simulation, les chercheurs suivent l’état “stimulant” de la Cyber-limace, c’est-à-dire sa capacité de répondre aux stimuli. Lorsqu’elle rencontre une autre limace, elle peut manger, s’accoupler ou fuir, selon sa disposition actuelle. Quand elle a peu d’appétit, la Cyber-limace est rassasiée et s’éloigne des aliments potentiels. Mais, quand elle commence à avoir faim, en raison de cela, “à cause de la faim et d’une bonne mémoire à ce sujet, et la dégustation d’un stimulus… l’évitement est remplacé par l’approche et l’attaque”, a déclaré Rhanor. “C’est-à-dire que le robot additionne sensation, motivation et mémoire pour prendre une décision. ‘Cette proie vaut-elle la peine d’être attaquée?’”

Rhanor Gillette place cette prise de décision ‘approche/évitement’ au cœur de tous les comportements liés à la consommation ou à la conservation des ressources. “Comme nous, le robot et l’animal prennent des décisions économiques non pas sur la base d’une simple information, mais sur la façon dont on ressent l’information.”

Avec leur limace virtuelle, Rhanor et son équipe pensent qu’ils ont reproduit un “état de conscience primitif, où l’expérience d’un animal simple est enfermée dans des événements immédiats, et son comportement est guidé instantanément par l’apprentissage et la motivation.”

La conscience de soi apparente de de la Cyber-limace est encore très primitive – elle n’aura pas de crise existentielle dans un avenir proche. Mais Rhanor et ses collègues espèrent qu’en développant davantage le modèle, ils pourront trouver des applications utiles dans des domaines comme la robotique et les jeux vidéo, l’octroi de machines et de NPCs plus sophistiqués dans les prises de décisions.

 

Sources: Le nouvel ordre mondial, Digital Trends, le 7 mars 2018

En savoir plus sur Vincent Deroy

Depuis août 2012, je fouille sur le web à la recherche des cas paranormaux les plus étranges pour le site www.paranormalqc.com dont je suis le Rédacteur en chef. Handicapé de naissance, j'ai aussi été secrétaire-trésorier du musée de mon village pendant 6 ans et demi.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.