Ces robots peuvent stocker de l’énergie dans des « réserves de graisse », comme les humains
Ces robots peuvent stocker de l’énergie dans des « réserves de graisse », comme les humains

Ces robots peuvent stocker de l’énergie dans des « réserves de graisse », comme les humains

Une équipe de scientifiques de l’université du Michigan a créé des « piles biomorphiques » qui permettent aux robots de stocker l’énergie comme les humains – dans des réserves de graisse réparties dans leur corps.

L’idée est d’augmenter considérablement la capacité des batteries des robots en imitant les sources d’énergie distribuées des êtres vivants. Il s’avère que les nouvelles batteries peuvent également contenir beaucoup plus de puissance que la variété conventionnelle de lithium-ion.

« La conception des robots est limitée par le besoin de batteries qui occupent souvent 20 % ou plus de l’espace disponible à l’intérieur d’un robot, ou qui représentent une proportion similaire du poids du robot », a déclaré Nicholas Kotov, professeur d’ingénierie à l’université du Michigan et chercheur principal du projet, dans un communiqué.

Selon l’équipe, leur nouvelle pile au zinc pourrait augmenter considérablement la densité énergétique.

« Nous estimons que les robots pourraient avoir une capacité énergétique 72 fois supérieure si leur extérieur était remplacé par des batteries au zinc, par rapport à une seule batterie au lithium-ion », a déclaré Mingqiang Wang, premier auteur d’un article sur les recherches publié aujourd’hui dans la revue Science Robotics.

Elles sont également plus flexibles en termes de montage sur un robot, et peuvent remplir plusieurs fonctions à la fois.

Les batteries qui peuvent remplir une double fonction – stocker la charge et protéger les « organes » du robot – reproduisent la multifonctionnalité des tissus adipeux servant à stocker l’énergie dans les créatures vivantes », a déclaré Ahmet Emre, un étudiant en doctorat en génie biomédical, dans la déclaration.

« Nous n’avons pas un seul sac de graisse, qui serait encombrant et nécessiterait un transfert d’énergie très coûteux », a ajouté M. Kotov. « Le stockage d’énergie distribué, qui est la voie biologique, est la voie à suivre pour les dispositifs biomorphiques hautement efficaces ».

La batterie fait passer des ions d’hydroxyde entre une électrode de zinc et l’air à travers une membrane spéciale recouverte de « nanofibres d’aramide ». Ces matériaux, que l’on trouve dans les gilets en Kevlar et les gels polymères à base d’eau, sont en grande partie non toxiques. Cela signifie que, par rapport aux piles au lithium-ion, les nouvelles piles au zinc sont beaucoup plus respectueuses de l’environnement.

Mais elles ont un talon d’Achille : elles ne sont capables de maintenir une capacité élevée que pendant une centaine de cycles de charge, ce qui est loin d’être le cas des batteries lithium-ion. Heureusement, leur remplacement serait non seulement relativement bon marché, mais les chercheurs affirment qu’elles pourraient aussi être facilement recyclées.

Sources: Futurism, Le nouvel ordre mondial, le 19 août 2020 – Traduction par Aube Digitale

En savoir plus sur Vincent Deroy

Depuis août 2012, je fouille sur le web à la recherche des cas paranormaux les plus étranges pour le site www.paranormalqc.com dont je suis le Rédacteur en chef. Handicapé de naissance, j'ai aussi été secrétaire-trésorier du musée de mon village pendant 6 ans et demi.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.