Pour trouver de la vie extraterrestre intelligente, les humains devront peut-être commencer à penser comme un extraterrestre

Pour trouver de la vie extraterrestre intelligente, les humains devront peut-être commencer à penser comme un extraterrestre

Nous devons rendre étrange ce qui est familier.

HONOLULU – Notre chasse aux extraterrestres a une faille potentiellement fatale : c’est nous qui les recherchons.

C’est un problème parce que nous sommes une espèce unique et que les scientifiques qui cherchent des extraterrestres sont encore plus étranges et plus spécialisés. Par conséquent, leurs hypothèses trop humaines peuvent entraver leurs efforts d’écoute des extraterrestres. Pour contourner ce problème, le projet Breakthrough Listen, une initiative de 100 millions de dollars qui parcourt le cosmos à la recherche de signaux d’êtres extraterrestres dans le cadre du Search for Extraterrestrial Intelligence (SETI), demande aux anthropologues d’aider à démasquer certains de ces préjugés.

« C’est une sorte de blague à Breakthrough Listen », a déclaré Claire Webb, étudiante en anthropologie et en histoire des sciences au Massachusetts Institute of Technology, le 8 janvier dernier lors de la 235e réunion de l’American Astronomical Society (AAS) à Honolulu. Ils me disent : « Nous étudions les extraterrestres, et vous nous étudiez. »

Depuis 2017, Webb travaille avec Breakthrough Listen pour examiner comment les chercheurs du SETI pensent les extraterrestres, produisent des connaissances, et peut-être placent par inadvertance des hypothèses anthropocentriques dans leur travail.

Elle décrit parfois ses efforts comme « rendre étrange ce qui est familier ».

Par exemple, votre vie peut vous sembler parfaitement ordinaire – peut-être en étant penché sur un bureau et en faisant circuler des électrons entre les ordinateurs – jusqu’à ce qu’elle soit examinée à travers une lentille anthropologique, qui souligne que ce n’est pas exactement un état de fait universel. Lors de la conférence, Mme Webb a présenté une affiche montrant comment les scientifiques de Breakthrough Listen utilisent l’intelligence artificielle (IA) pour passer au crible de grands ensembles de données et essayer de découvrir des technosignatures potentielles, ou des indicateurs de technologie ou d’utilisation d’outils par des organismes extraterrestres.

« Les chercheurs qui utilisent l’IA ont tendance à désavouer l’artisanat humain dans les machines qu’ils construisent », a déclaré Mme Webb à Live Science. « Ils attribuent beaucoup d’importance à ces machines. Je trouve cela quelque peu problématique et au pire faux ».

Toute IA est entraînée par des êtres humains, qui lui présentent les types de signaux qu’ils pensent qu’un extraterrestre intelligent pourrait produire. Ce faisant, ils prédisposent leurs algorithmes à certains biais. Il peut être incroyablement difficile de reconnaître une telle pensée et de surmonter ses limites, a déclaré Mme Webb.

« La plupart des recherches du SETI supposent un certain niveau de commensurabilité, ou l’idée que des êtres de différents mondes comprendront l’univers de la même manière et pourront communiquer à son sujet les uns avec les autres », a dit Mme Webb. Une grande partie de cette recherche, par exemple, suppose un type de commensurabilité technologique, dans lequel les extraterrestres diffusent des messages en utilisant les mêmes radiotélescopes que nous avons construits, et que nous serons capables de leur parler en utilisant un langage universel de science et de mathématiques.

Mais dans quelle mesure notre langage scientifique est-il universel et notre évolution technologique est-elle inévitable ? Les scientifiques extraterrestres se réunissent-ils dans de grands bâtiments et se présentent-ils les uns aux autres par le biais de diapositives, de conférences et d’affiches ? Et quelle est l’incidence de ces rituels humains sur les types de connaissances scientifiques produites par les chercheurs ?

« C’était presque comme essayer d’adopter le point de vue d’une créature d’une autre planète, qui pourrait s’interroger sur l’humanité et nos étranges pratiques modernes. Si E.T. nous regardait, que verrait-il ? » a demandé Mme Webb.

Les hypothèses et les inquiétudes des chasseurs d’extraterrestres peuvent se manifester d’une autre manière. En raison des vastes distances à parcourir pour envoyer un signal dans l’espace, de nombreux chercheurs du SETI ont imaginé recevoir un message d’une société technologique plus ancienne. Comme l’a dit l’astronome et vulgarisateur scientifique Carl Sagan dans son livre et sa série télévisée « Cosmos » en 1980, cela pourrait signifier qu’E.T. a vécu une « adolescence technologique« et a survécu à la prolifération nucléaire ou à un effondrement du climat apocalyptique.

« Mais ces déclarations sont fondées sur les inquiétudes spécifiques de notre époque, à savoir la guerre nucléaire et le changement climatique, et nous ne pouvons pas automatiquement supposer que l’histoire d’une autre espèce se déroulera de la même manière », a déclaré Mme Webb.

Jill Tarter, ancienne scientifique du SETI, a déclaré à Mme Webb que, d’une certaine manière, nous recherchons une meilleure version de nous-mêmes, en spéculant qu’un message du ciel comprendra des plans pour un dispositif qui peut fournir une énergie bon marché et contribuer à réduire la pauvreté.

« L’idéal du progrès est ancré dans de tels récits », a dit Mme Webb, « tout d’abord du progrès scientifique et technologique, mais aussi d’une hypothèse implicite d’avancement moral. C’est l’idée que, à mesure que votre technologie se développe, votre sens de l’éthique et de la moralité se développe aussi », a-t-elle déclaré. « Et je pense que c’est quelque chose qui peut être contesté. »

« Même notre chasse aux organismes comme nous suggère ‘un désir ardent de connectivité, qui reflète pour moi une sorte de solitude et d’isolement postmoderne dans l’univers‘ », a-t-elle dit.

Mme Webb a plaisanté sur le fait que les chercheurs du SETI ne comprennent pas toujours l’intérêt de ses examens anthropologiques et philosophiques. « Mais », dit-elle, « ils sont ouverts à la remise en question de leurs idées et savent qu’ils ne voient pas toujours l’ensemble du tableau. »

« Une chose que Jill [Tarter] a dite à plusieurs reprises est que nous nous réservons le droit de devenir plus intelligents », a-t-elle déclaré. « Nous faisons ce que nous pensons être logique maintenant, mais nous pourrions un jour faire quelque chose de totalement différent ».

En fin de compte, le but de ce travail est d’amener les chercheurs du SETI à commencer à « remarquer le comportement humain de manière à pousser le SETI à faire des recherches d’un genre nouveau », a déclaré Mme Webb. « Peupler d’autres paysages intellectuels est potentiellement un outil très puissant pour cultiver de nouvelles façons de faire de la science ».

Peut-être que les êtres d’une autre planète pourraient utiliser les ondes gravitationnelles, ou les neutrinos, ou même un autre aspect inconnu de la réalité que nous n’avons pas encore rencontré pour envoyer des messages dans le ciel.

Source: Space.com, Le nouvel ordre mondial, le 25 janvier 2020 – Traduction par Astro Univers

En savoir plus sur Vincent Deroy

Depuis août 2012, je fouille sur le web à la recherche des cas paranormaux les plus étranges pour le site www.paranormalqc.com dont je suis le Rédacteur en chef. Handicapé de naissance, j'ai aussi été secrétaire-trésorier du musée de mon village pendant 6 ans et demi.

Un commentaire

  1. Tonton Marcel

    La bonne blague. Comment pouvons-nous penser comme un extraterrestre puisque nous n’en avons jamais vu au point de pouvoir savoir comment ils pensent 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.