Mercredi , 1 Décembre 2021
Philip James Corso : L’officier qui a examiné l’anatomie d’un extraterrestre

Philip James Corso : L’officier qui a examiné l’anatomie d’un extraterrestre

Philip James Corso, lieutenant-colonel, héros de la Seconde Guerre mondiale et l’un des employés les plus influents du Pentagone, a été connu tout au long de sa carrière militaire comme un homme de courage et de vérité.

Pendant plusieurs années, il a travaillé pour le National Security Service. De par la nature de son travail, Philippe Corso connaissait les nombreux secrets du gouvernement américain.

Depuis 1961, Philippe Corso a travaillé à plusieurs reprises dans le département secret du Pentagone, qui était responsable de la préservation de nombreux fragments du vaisseau extraterrestre écrasé.

Philip James Corso
Le général de brigade Brown (à gauche) serre la main du major Philip Corso, qui vient de recevoir sa médaille de l’étoile de bronze à Rome.

Ses fonctions comprenaient également la tâche d’empêcher la divulgation de secrets associés à l’incident de Roswell. L’un de ces secrets, gardé par le gouvernement américain, concerne les événements associés au mystérieux incident qui a eu lieu en juillet 1947.

À cette époque, Philip Corso se trouvait à Roswell en tant qu’inspecteur du gouvernement et fut l’un des premiers à se retrouver sur le site du crash d’un objet non identifié, identifié plus tard dans des documents secrets comme un « vaisseau spatial extraterrestre ».

Les événements dont il a été témoin, Corso les a décrits dans son livre « The Day After Roswell », qui fournit également d’autres informations glanées par lui dans divers documents gouvernementaux.

Le 6 juillet 1947, Philippe Corso arrive sur le site du crash d’un objet mystérieux. Dans une petite dépression à côté de l’épave de l’appareil mystérieux, il découvre une petite capsule d’environ un mètre et demi de long, dans laquelle se trouve un extraterrestre mort.

L’appareil s’est écrasé à quelques kilomètres de la base militaire américaine numéro 509, située près de Roswell, dans le quartier général du Nouveau-Mexique. Philippe Corso s’est montré extrêmement intéressé par la créature dans la capsule, et il a commencé à l’examiner.

L’extraterrestre gisait dans un liquide bleu clair visqueux qui ressemblait à un carburant diesel gélatineux.

« Au premier moment, il m’a semblé qu’il y avait un enfant mort devant moi, mais ce n’était pas un homme, mais une étrange créature de petite taille », se souvient Corso.

La créature mesurait à peine 1 mètre 20 centimètres et ressemblait à un homme, mais présentait de nombreuses différences. Les mains et les pieds étaient très fins. Et les mains n’avaient que 4 doigts (il n’y avait pas de pouce). Sur un corps plutôt chétif se détachait une énorme tête, qui par sa forme ressemblait à une ampoule électrique. Le menton était à peine perceptible.

« En examinant la créature, je ne pouvais m’empêcher d’éprouver de la peur, même si je ne comprenais pas bien ce que je devais craindre », raconte Philippe Corso. Malgré cela, Corso a été le premier à oser soulever le couvercle de la capsule et à regarder de plus près l’extraterrestre.

La peau de la créature était grise, mais Corso pense qu’il ne pouvait s’agir de peau, mais d’une sorte de matériau ultra-fin qui était inhabituellement serré autour du corps de l’extraterrestre.

D’énormes yeux en amande, complètement dépourvus de pupilles, étaient situés sur la tête un peu en biais et avec un nez minuscule. Le nez dépassait à peine de la surface du visage et se composait uniquement de narines.

Philip James Corso

Les joues creuses de l’extraterrestre ne pouvaient être vues que de côté. Des oreilles ressemblant à des oreilles humaines manquaient à l’extraterrestre. Aucun sourcil ou autre caractéristique d’une personne n’était observé sur le visage.

La bouche, inhabituellement petite, ressemblait plutôt à une petite fente et, comme le nez, se distinguait très faiblement sur le visage, dont tous les traits occupaient une partie insignifiante de l’énorme crâne.

Comme le rappelle Philippe Corso, bien que l’extraterrestre soit mort, son corps ne présentait aucun dommage notable : « Je n’ai pas pu voir une seule blessure sur le corps, il n’y avait pas de sang et toutes les parties du corps semblaient intactes ».

Au début des années 60, alors qu’il travaillait au Pentagone, Philip Corso est tombé sur un rapport des médecins de l’hôpital militaire Walter Reed qui, en 1947, peu après l’incident de Roswell, ont pratiqué une autopsie sur un extraterrestre.

Après avoir soigneusement examiné le cadavre d’un extraterrestre, les scientifiques ont tiré une conclusion d’une importance inhabituelle : la composition chimique des tissus d’une créature extraterrestre, bien que différente de la nôtre, mais en même temps, ne contient aucun élément inconnu de la science moderne.

Le rapport indique en outre que la créature, comme les humains, a un cœur et des poumons, mais que leur structure et leur fonctionnement sont sensiblement différents de ceux des humains.

Le cœur d’un extraterrestre est beaucoup plus gros que celui d’un humain, et il se contracte, selon les pathologistes, beaucoup moins fréquemment. Il fonctionne à la manière d’une pompe musculaire ordinaire et distille du liquide, qui dans sa composition ressemble à de la lymphe, à travers un « cercle de circulation sanguine » plutôt primitif.

Sur la base du grand volume du cœur et des poumons, les médecins ont supposé que la créature avait un taux métabolique plutôt faible. En outre, selon les physiologistes, le corps de cet extraterrestre n’a jamais connu de grands efforts physiques.

Les poumons de la créature extraterrestre étaient également assez grands. Leur principale fonction était l’accumulation d’ »air » et sa consommation progressive. Les scientifiques ont comparé le travail des poumons d’un extraterrestre à la façon dont un chameau stocke l’eau à l’avance et l’utilise ensuite selon ses besoins. Partant de ce constat, les médecins ont supposé que cette créature avait peu besoin d’ »air » et que l’occasion de « respirer » ne lui était pas souvent offerte.

Le squelette de l’alien était également différent de celui d’un humain. La structure du squelette était fibreuse, et les os eux-mêmes sont beaucoup plus fins que ceux du squelette humain.

L’une des principales différences entre les humains et l’extraterrestre découvert, selon les scientifiques, est l’absence totale de système digestif et excréteur chez ce dernier ! Mais la créature possédait deux couches de peau : externe et interne.

Philip James Corso

La peau extérieure était une couche protectrice assez solide, mais en même temps elle avait une grande fermeté et élasticité. La peau intérieure était exceptionnellement mince et avait un débit énorme, à l’aide duquel, selon les hypothèses des physiologistes, la créature métabolisait et excrétait des substances.

Il est également possible qu’à l’aide d’une telle structure de la peau, une créature extraterrestre fournissait les nutriments nécessaires à l’organisme, étant donné qu’une bouche non développée et l’absence d’un tube digestif rendent impossible une alimentation de type « humain ».

Le crâne de l’extraterrestre était disproportionné, et ses os, très mous et élastiques par rapport à ceux de l’homme, ressemblaient à du caoutchouc par leur souplesse.

Le cerveau de l’extraterrestre s’est avéré être beaucoup plus grand que celui d’un humain et était extrêmement volumineux pour cette créature dont la structure du corps et du squelette est délicate et faible. Le cerveau était divisé en quatre sections, ou sphères, dont les fonctions étaient difficiles à déterminer.

Philip Corso pense que l’armée américaine a effectué non seulement un examen superficiel et une autopsie, mais aussi une étude détaillée des restes de l’extraterrestre, ainsi qu’une étude complète de l’appareil.

Selon Corso, de nombreux appareils et dispositifs ont été développés sur la base de la technologie du vaisseau extraterrestre, qui sont encore largement utilisés dans la science et la technologie à ce jour.

Source: Astro Univers

En savoir plus sur Vincent Deroy

Depuis août 2012, je fouille sur le web à la recherche des cas paranormaux les plus étranges pour le site www.paranormalqc.com dont je suis le Rédacteur en chef. Handicapé de naissance, j'ai aussi été secrétaire-trésorier du musée de mon village pendant 6 ans et demi.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.