Que doit faire, selon la Charte des Nations unies, celui qui a découvert des extraterrestres ?

Que doit faire, selon la Charte des Nations unies, celui qui a découvert des extraterrestres ?

Le projet SETI, qui recherche des civilisations extraterrestres afin d’établir éventuellement un contact avec elles, est apparu en 1959 avec le soutien financier de la NASA.

Certains scientifiques ont alors suggéré d’essayer de trouver des « frères spirituels » qui pourraient se trouver à peu près au même niveau de développement scientifique et technologique que les humains.

Cependant, l’idée d’une recherche ciblée d’extraterrestres appartient peut-être encore à Nikola Tesla, qui, à la fin de l’année 1896, a réussi à transmettre un signal radio sur une distance de 48 kilomètres et qui, dès 1900, a capté un signal radio assez puissant en provenance de l’espace.

Tesla était tellement ravi de ce qui s’était passé qu’il tomba involontairement dans un fantasme ou même une forme légère de folie, prétendant avoir reçu un message des Martiens, qui utilisaient le code Morse pour dire : « Un … deux … trois ».

Tesla a commencé à « écouter » régulièrement Mars, dans l’espoir d’intercepter un nouveau message et, si l’occasion se présentait, de répondre immédiatement aux « habitants de la planète voisine ».

Cependant, les tentatives de Tesla ont échoué pour deux raisons : il n’y a pas de vie intelligente sur Mars et le signal radio était en fait causé par la lune volcanique Io qui a réussi à traverser le champ magnétique de Jupiter.

Mais s’il existait encore une civilisation progressiste sur Mars, les actions de Tesla pourraient-elles être qualifiées de correctes ? Cela vaut-il la peine de contacter les habitants d’autres mondes ?

Supposons que la NASA annonce demain qu’il existe une planète en orbite autour d’une étoile voisine, où vivent des créatures très progressistes, et que nous puissions, grâce au langage universel des mathématiques, entrer en contact avec elles. L’agence spatiale américaine dispose-t-elle d’une telle autorité ?

En théorie, bien sûr, la NASA pourrait envoyer un message aux extraterrestres et même transmettre nos coordonnées pour un hypothétique rendez-vous, mais ces actions seraient considérées comme une grave violation des accords internationaux.

Selon la Charte des Nations unies, signée par tous les États impliqués dans l’étude et l’exploration de l’espace extra-atmosphérique, si l’un de ces pays (ou un projet privé basé sur son territoire) découvre des extraterrestres ou reçoit un message de leur part, une réunion d’urgence de l’ONU doit être immédiatement organisée.

En même temps, l’information doit être rendue publique, car un événement de cette ampleur concerne absolument tous les habitants de la Terre.

Au cours de nombreuses réunions auxquelles participeront des représentants de tous les États et des spécialistes des différents domaines scientifiques, une décision sera prise qui déterminera la suite des événements.

Les extraterrestres, si sociables, devront endurer jusqu’à ce que les gens décident ce qui les gouverne – la peur ou la curiosité.

Sources: Le nouvel ordre mondial, Astro Univers

En savoir plus sur Vincent Deroy

Depuis août 2012, je fouille sur le web à la recherche des cas paranormaux les plus étranges pour le site www.paranormalqc.com dont je suis le Rédacteur en chef. Handicapé de naissance, j'ai aussi été secrétaire-trésorier du musée de mon village pendant 6 ans et demi.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.