La Terre sous un microscope tenu par des extraterrestres

La Terre sous un microscope tenu par des extraterrestres

Récemment, les discussions sur le fait que nous pouvons être observés depuis l’espace ont commencé à un niveau élevé. Sean Kirkpatrick, directeur de l’observation des ovnis au Pentagone, et le professeur Avi Loeb, ancien président du département d’astronomie de Harvard, ont cosigné un article de six pages intitulé « The Physical Limitations of UFOs » (Les limites physiques des ovnis).

Dans cet article, Kirkpatrick et Loeb analysent les paramètres physiques des phénomènes non identifiés enregistrés au cours des dernières années.

Dans l’article, les scientifiques suggèrent qu’il y a longtemps, des extraterrestres ont pu envoyer un « vaisseau mère » pour parcourir les espaces entre les galaxies. De temps en temps, ce vaisseau peut regarder dans notre système solaire et envoyer de petites sondes vers les planètes. On leur a donné un joli nom : « graines de pissenlit technologique ». Il est très probable que ces « graines » « tombent » également sur la Terre.

D’où vient cette conclusion ? Ces dernières années, les scientifiques ont remarqué que de nombreux objets non identifiés avaient une forme compacte, souvent semblable à celle d’une cigarette.

Ces objets sont commodément largués depuis les airs, de sorte qu’il est difficile de les remarquer. Selon Loeb, la mission du « vaisseau mère » est similaire à celle des agences spatiales terrestres. Il s’agit de découvrir s’il y a quelqu’un d’autre dans l’univers.

« Si le « vaisseau-mère » existe vraiment, nous pourrons bientôt établir le premier contact avec les extraterrestres », estime Douglas Vakoch, président de METI International, une organisation qui développe des messages pour l’intelligence extraterrestre, qui partage son opinion avec Metro.

« Peut-être que le « vaisseau-mère » disperse ces sondes « semences » autour des planètes pour qu’elles fonctionnent comme des balises qui aideront les extraterrestres à nous trouver. Ou peut-être fonctionnent-elles comme des points Wi-Fi, et leur tâche est de nous aider à amplifier et à diriger les signaux dans l’espace.

 

Si l’hypothèse du vaisseau-mère est correcte, il faut comprendre que ce vaisseau vole depuis bien plus longtemps que le premier millénaire. Car pour des vols et des études aussi longs, il faut un nouveau type d’énergie, que le cosmos lui-même produit, ainsi que des technologies encore incompréhensibles pour l’esprit humain.

Peut-être que le « vaisseau-mère » qui parcourt les galaxies et jette des « graines » sur la Terre nous a survolés à l’époque de l’Empire romain », suggère Vakoch. « Ou peut-être que parfois un vaisseau « stationne » aux confins du système solaire et attend pendant plusieurs centaines d’années en nous observant. Après tout, c’est un siècle pour nous. Et à l’échelle de l’espace, ce n’est rien. »

On a beaucoup parlé des ovnis ces derniers temps. On pourrait même penser qu’il y a davantage d’objets non identifiés. Mais selon l’expert Vakoch, ce n’est pas le cas.

« Il n’y a définitivement plus d’ovnis volants dans le monde. C’est simplement que les institutions qui les surveillent sont devenues plus publiques », explique le spécialiste.

« Par exemple, aux États-Unis, tous ces rapports sont publiés par le département pour l’étude des anomalies. Et ce département n’a été créé que l’année dernière – il est clair qu’il y a maintenant un intérêt accru pour ce domaine ».

En outre, souligne Vakoch, les gens veulent savoir si l’État assure leur sécurité. Le Pentagone publie également de tels rapports, car il veut faire savoir qu’il ne s’agit pas d’appareils de renseignement chinois ou russes.

Sources: Le nouvel ordre mondial, Astro Univers

En savoir plus sur Vincent Deroy

Depuis août 2012, je fouille sur le web à la recherche des cas paranormaux les plus étranges pour le site www.paranormalqc.com dont je suis le Rédacteur en chef. Handicapé de naissance, j'ai aussi été secrétaire-trésorier du musée de mon village pendant 6 ans et demi.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.