Le roi maya Pakal était-il un extraterrestre de la planète Nibiru ?

Le roi maya Pakal était-il un extraterrestre de la planète Nibiru ?

L’une des plus importantes découvertes liées à l’ancienne civilisation maya est le mystérieux astronaute maya gravé sur le couvercle d’un sarcophage découvert dans la tombe de « Pakal le Grand » dans l’ancienne cité maya de Palenque, située dans la Sierra Madre de Chiapas, au Mexique.

Le mystérieux personnage peint sur le couvercle est le roi Pascal, dont la tombe a été découverte dans le « Temple des inscriptions » en 1952.

La mystérieuse tombe du roi maya Pakal a suscité l’intérêt de théoriciens des astronautes antiques tels que Zachariah et Erich von Daniken, qui ont suggéré que le couvercle sculpté du sarcophage trouvé dans sa tombe représente un ancien astronaute.

Sur le couvercle, comme dans sa tombe, le Pakal est situé dans un espace intermédiaire entouré de dessins et de symboles courant le long des bords du couvercle et représentant des éléments importants de la cosmologie maya. Il n’avait que 12 ans lorsqu’il a pris le trône de Palenque en 615 après JC, et il a régné avec succès jusqu’à sa mort à l’âge de 80 ans.

On pense qu’il était le septième souverain à un si jeune âge. Il a construit cette ville maya de taille modeste et l’a transformée en un lieu urbain avancé en Méso-Amérique. Selon les principaux historiens, le sarcophage raconte la mort du roi Pakal et sa descente aux enfers.

Dans son livre « Chariots of the Gods », Erich von Daniken note que le souverain est représenté assis dans une sorte de vaisseau spatial.

Il a suggéré que Palenque est l’un des lieux anciens qui laissent entrevoir une présence extraterrestre sur Terre. Sur la base de leurs observations, les théoriciens des astronautes antiques ont déclaré que le roi Pakal pourrait avoir fait partie d’une race d’anciens astronautes extraterrestres qui ont construit une civilisation sur Terre.

La tombe du roi Pakal

Pakal le Grand a été enterré dans le Temple des Inscriptions, et le sarcophage dans lequel se trouvait son corps était entouré d’une crypte de 9 mètres de long, avec des plafonds de 7 mètres de haut. En 1949, l’archéologue mexicain Alberto Rus Luillier y a pénétré.

Il découvre de nombreux squelettes de victimes sacrifiées lors de l’enterrement de Pakal le Grand. Puis il visite la crypte qui, selon lui, « semble être creusée dans la glace ».

Il s’agit d’une sorte de grotte, dont les murs et le plafond sont si lisses qu’ils semblent être polis. Elle ressemble aussi à une chapelle abandonnée, dont le dôme est drapé de stalactites, et des stalagmites sortent du sol, épaisses comme les gouttes de cire d’une bougie.

L’une des choses les plus étonnantes qui a attiré l’attention des archéologues est un masque en mosaïque de jade et d’obsidienne qui recouvrait le visage du défunt.

Cependant, le plus grand mystère de la tombe de Pakal était la gravure sur le couvercle de son sarcophage – une pierre pesant de 5 à 20 tonnes. Un homme habillé selon les coutumes mayas semble être assis à l’intérieur d’un étrange véhicule, et beaucoup affirment qu’il s’agit d’un vaisseau spatial.

Une autre bizarrerie du roi Pakal est son long nez. Il avait même un aspect différent de celui des gens ordinaires : un nez haut coupait son front, et il avait un visage étroit avec de grands yeux.

Si vous regardez d’autres figurines anciennes, Pakal n’est pas la seule personne à avoir une racine de nez élevée, cette caractéristique a également pu être observée sur d’anciennes figurines excavées sur l’île Jaina, un ancien site funéraire maya comptant environ 20 000 tombes.

Il est possible que les longs nez qui dépassent du front se trouvent dans l’ADN des peuples anciens, ou qu’ils appartiennent à une autre race humaine. En outre, les civilisations anciennes présentant des crânes allongés, des racines de nez surélevées, des dents inhabituelles, etc. pourraient appartenir à la race humaine avec un ADN différent. Mais la question est de savoir quand l’ADN a changé de façon aussi spectaculaire.

Aujourd’hui, les archéologues réfutent la thèse de l’ancien astronaute maya, soulignant que la sculpture sur le couvercle du sarcophage de Pacal le Grand n’est qu’une image de l’au-delà : tous les éléments symboliques y sont présents, facilement reconnaissables dans les images illustrant le voyage de l’âme du défunt dans le monde des morts.

Malgré les démentis officiels, nombreux sont ceux qui croient encore que cet étrange personnage habillé en guerrier maya est un extraterrestre que les habitants de Palenque ont rencontré et immortalisé sur une pierre il y a 2 000 ans.

Dans son livre « The Lost Realms », Zecharia Sitchin montre qu’il existe des similitudes entre les rites funéraires des pharaons dans les tombes de l’Égypte ancienne et ceux observés dans la tombe du roi Pakal.

Les scientifiques reconnaissent également qu’il est impossible d’éviter une comparaison implicite entre la tombe de Pakal et les cryptes des pharaons égyptiens, notamment les symboles des scènes funéraires représentant un voyage vers l’au-delà.

Ces liens, nés de l’application de l’hypothèse des anciens astronautes à la tombe du roi Pakal et à l’histoire de la civilisation maya en général, suggèrent que le roi Pakal pourrait appartenir aux Anunnaki, qui ont apporté la civilisation sur Terre.

Si l’on considère les tablettes sumériennes concernant la liste des rois, au moment de la mort de Pakal, la grande majorité des Anunnaki avaient déjà quitté la Terre. Est-il possible que Pakal ait été l’un des Anunnaki qui soit resté, et que son sarcophage ait représenté son retour sur la planète d’origine des Anunnaki, Nibiru ?

Source: Astro Univers

En savoir plus sur Vincent Deroy

Depuis août 2012, je fouille sur le web à la recherche des cas paranormaux les plus étranges pour le site www.paranormalqc.com dont je suis le Rédacteur en chef. Handicapé de naissance, j'ai aussi été secrétaire-trésorier du musée de mon village pendant 6 ans et demi.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.