La Nasa veut fabriquer de l’eau et de l’oxygène sur Mars et sur la Lune

La Nasa veut fabriquer de l’eau et de l’oxygène sur Mars et sur la Lune

En date du 31 janvier 2014.

La Lune pourrait servir de test grandeur nature pour permettre aux astronautes de boire et respirer sans souci d’autonomie. Des conditions nécessaires pour coloniser Mars… ou plus loin encore.

La conquête de l’espace passe par l’utilisation des ressources se trouvant sur d’autres planètes. Les humains ne peuvent pas envisager de missions à long terme sans avoir de source d’approvisionnement en eau, en oxygène et peut-être même en combustible : la charge à transporter depuis la Terre serait beaucoup trop importante… et coûteuse.

Sur Mars, transformer le dioxyde en… oxygène.

La Nasa a donc lancé un programme d’expérimentations sur l’utilisation de ressources in-situ (ISRU). Certaines de ces expériences ont eu lieu sur Terre, mais d’autres vont suivre bientôt : le premier test dans l’espace aura lieu en 2018, avec le lancement de la mission « Resource Prospector ».

Un véhicule lunaire sera chargé de rechercher de l’hydrogène sous la surface de notre satellite, de l’extraire, de le chauffer et d’y rechercher ensuite de la vapeur d’eau et d’autres gaz intéressants… y compris peut-être de l’oxygène, comme l’explique Discovery.

Cette opération rendrait possible l’expérimentation de la fabrication d’eau et d’air respirable dans une future base lunaire.

Une seconde expérience sera incluse dans la prochaine mission Mars Rover, prévue pour être lancée en 2020. Là, il s’agira d’extraire du dioxyde de carbone de l’atmosphère martienne, de le filtrer et de le préparer pour être ensuite chimiquement transformé en oxygène.

De l’eau sur la Lune : il y en a déjà

La Nasa a déjà pu confirmer l’existence d’eau sur la Lune, sous forme de glace. Lunar Prospector, en 1998, avait trouvé des indices. La mission Lcross, en 2010, a confirmé qu’il y avait bien de la glace à l’ombre permanente des cratères près du pôle sud de la Lune. Il suffirait donc d’extraire l’eau et de la filtrer pour la boire.

En fait, l’expérience lunaire sera liée à ce qui sera ensuite fait sur Mars,précise Space News. Il est en effet moins cher et plus rapide d’aller tester le fonctionnement de ces méthodes sur la Lune et de les appliquer ensuite sur la planète rouge, tout en apprenant davantage sur les ressources lunaires.

Source: Wikistrike

mars-one-brian-versteeg

En savoir plus sur Vincent Deroy

Depuis août 2012, je fouille sur le web à la recherche des cas paranormaux les plus étranges pour le site www.paranormalqc.com dont je suis le Rédacteur en chef. Handicapé de naissance, j'ai aussi été secrétaire-trésorier du musée de mon village pendant 6 ans et demi.

Un commentaire

  1. Les U.S ne pourront plus retourner sur la Lune. N’oublions qu’ils ont tenté d’y faire exploser à l’une ou l’autre reprise une charge nucléaire et qu’à chaque fois une intervention »extérieure a fait exploser ces charge ». Quand à Mars, il y a de l’eau en quantité et l’oxygène y est déjà présent.
    Il ne faut jamais croire en ce que nous la NASA. C’est d’ailleurs pour cette raison que nous sommes toujours dans le doute concernant la réalité des aliens alors qu’ils sont bien réels et bien avant l’homme puisque ce sont eux qui nous ont placé sur la planète Terre qu’ils appellent TIAMAT et la Lune VANIS.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.