Vendredi , 3 Décembre 2021
Incident de Lakenheath

Incident de Lakenheath

Date de l’incident: 13 au 14 août 1956.

Lakenheath et Bentwaters, près de Cambridge, Angleterre.

L’incident de Lakenheath s’est déroulé dans la nuit du 13 au 14 août 1956 lorsque des OVNI survolèrent les bases aériennes de Lakenheath et Bentwaters (communes à l’US Air Force et à la Royal Air Force), près de Cambridge en Angleterre.

Chronologie des évènements:

Le 13 août 1956 à 22 h 55, le radar de la base de Bentwaters détecte un objet non identifié se déplaçant d’est en ouest en passant au-dessus de la base, toujours presque face au vent à la vitesse apparente de 2000 à 4000 miles par heure (mph), soit 3 200 à 6 400 km/h. Aucun bang sonique n’est mentionné. Le personnel de la tour de contrôle de Bentwaters dit alors avoir vu une lumière brillante survolant le terrain d’est en ouest « à une vitesse formidable », à environ 1 200 m de hauteur. Au même moment, le pilote d’un avion de transport militaire, survolant Bentwaters à 1 200 m d’altitude, déclare qu’une lumière brillante est passée sous son avion en fonçant d’est en ouest « à une vitesse formidable ». Les deux observations visuelles confortent la détection radar.

L’opérateur radar de Bentwaters, Freddie Wimbledon, signale ces observations concordantes au chef de quart du centre de contrôle radar de trafic de Lakenheath, un sous-officier américain ayant rédigé un compte rendu assez détaillé de ces observations et de celles qui suivent. Le compte rendu, adressé en 1968 à la commission Condon par le militaire alors en retraite est cohérent et ne contredit pas, sauf en quelques points mineurs, les documents du dossier Blue Book de l’USAF. Le chef de quart de la base de Lakenheath alerte ses opérateurs radar. L’un d’entre eux détecte un objet stationnaire à environ 40 km au sud-ouest de la base, presque dans l’axe de la trajectoire de l’objet supersonique vu à 22h55. Le chef de quart appelle le radar d’approche de Lakenheath, qui confirme l’observation. Les radaristes du centre de contrôle du trafic aérien voient soudain l’objet passer immédiatement de l’immobilité à une vitesse comprise entre 600 et 950 km/h. Le chef de quart prévient le commandement de la base. L’objet change plusieurs fois de direction, décrivant des segments de droite, variant de 13 à 30 km, séparés par des arrêts brusques de 3 à 6 minutes et sa vitesse passant toujours sans transition d’une valeur nulle à une valeur de quelque 950 km/h. Des observations visuelles sont faites du sol et confirment la vitesse importante et les accélérations stupéfiantes. Le télex règlementaire envoyé par Lakenheath conclut : « Le fait que des accélérations rapides et des arrêts brusques de l’objet aient été détectés par radar et par la vue à partir du sol donne au rapport une crédibilité certaine. On ne croit pas que ces observations puissent avoir une quelconque origine météorologique ou astronomique. »

Au bout de 30 à 45 minutes, la RAF envoie un chasseur de nuit, un Venom biplace, à la poursuite de l’objet. Le centre de contrôle radar du trafic aérien de Lakenheath le guide en direction de l’objet, à 10 km à l’est du centre. Le pilote acquiert la cible visuellement et au radar, puis la perd. Le centre le dirige alors à 16 km à l’est de Lakenheath ; le pilote acquiert à nouveau une cible et dit « Mes mitrailleuses sont braquées sur lui ». Peu de temps après, il perd une fois encore sa cible. Néanmoins celle-ci a été suivie par les opérateurs radar du centre qui informent le pilote que l’objet a fait un mouvement rapide pour se placer derrière lui, et le suit à courte distance. Le pilote confirme. Observé par les radaristes, le pilote tente pendant environ 10 minutes toutes les manœuvres pour se placer à nouveau derrière l’objet (montées en chandelle, piqués, virages continus), mais il n’y parvient pas : l’OVNI le suit, à distance constante selon les radars au sol. Enfin, à court de carburant, il retourne à sa base, demandant qu’on lui dise si l’objet persiste à le suivre. L’OVNI le suit, en effet, sur une courte distance, puis s’immobilise. Les radaristes verront ensuite l’objet effectuer quelques courts déplacements, puis partir en direction du nord à quelque 950 km/h et disparaître à 3h30 hors de la portée des radars. Un Venom envoyé en remplacement du premier a dû rentrer rapidement à sa base par suite d’ennuis mécaniques, avant d’avoir pu établir un contact avec l’objet.

Conclusion:

Les objets aériens inconnus suivis par radar dans la nuit du 13 au 14 août 1956, ont été jugés « non identifiés » par le rapport publié en 1969 par la commission Condon chargée d’évaluer les travaux sur les OVNI de l’armée de l’Air américaine. Le magazine Astronautics and Aeronautics a publié en septembre 1971 une étude du cas par Thayer, l’expert radar de la commission Condon, qui s’est appuyé en partie sur l’étude présentée en 1969 par le professeur Mac Donald, physicien de l’atmosphère. Il concluait que « si l’on considère la haute crédibilité de l’information et la cohérence et la continuité des comptes rendus, ainsi que leur haut degré “d’étrangeté”, ce cas d’OVNI est certainement un des plus troublants connus à ce jour ».

Source: Wikipedia

En savoir plus sur Vincent Deroy

Depuis août 2012, je fouille sur le web à la recherche des cas paranormaux les plus étranges pour le site www.paranormalqc.com dont je suis le Rédacteur en chef. Handicapé de naissance, j'ai aussi été secrétaire-trésorier du musée de mon village pendant 6 ans et demi.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.