Vendredi , 3 Décembre 2021
Bob Lazar met en garde tous ceux qui voudraient envahir la Zone 51 22 juillet 2019 Emmanuel FacebookTwitterPinterestWhatsAppTumblrEmailVKPartager Bob Lazar met en garde tous ceux qui voudraient envahir la Zone 51

Bob Lazar met en garde tous ceux qui voudraient envahir la Zone 51

Beaucoup d’ufologues considèrent Bob Lazar comme une source d’information primordiale concernant la technologie extraterrestre.

Cet homme est apparu pour la première fois en 1989 dans un documentaire. Il avait affirmé qu’il avait été impliqué dans un projet ultra secret de l’US Air Force. Celui-ci consistait à étudier des épaves d’OVNI afin de comprendre et pouvoir réutiliser à leurs profits les technologies extraterrestres.

Il affirme avoir participé à un projet de recherche qui consistait à reproduire neuf vaisseaux capturés et construits par de prétendus extraterrestres de type « gris », une civilisation alien appartenant au système d’étoiles Zeta Reticuli.

Le projet se déroulait, précise-t-il, dans une installation appelée S4 associée à la Zone 51, la fameuse base militaire située à Groom Lake.

Bob Lazar s’est publiquement exprimé sur un événement Facebook (baptisé ‘Storm Area 51’) rassemblant un million de personnes qui veulent littéralement envahir la Zone 51 dans l’espoir de découvrir les secrets qu’elle recèle. Il a demandé aux gens de ne pas s’impliquer dans ce projet.

Sur Instagram, il a déclaré : « Je dois commenter cette affaire baptisée ‘Storm Area 51’. Je crois comprendre que tout cela a été mis en place par quelqu’un qui voulait faire une plaisanterie. Seulement, il y a un certain nombre de personnes qui ont l’intention d’y aller. C’est une idée peu judicieuse. La Zone 51 est une base de recherche classée et secrète. »

« Il n’y a pas d’extraterrestres ni de technologie extraterrestre là-bas. »

« Le seul endroit où il y avait une technologie extraterrestre était le site S4, au sud de la Zone 51 proprement dite. C’était il y a 30 ans. »

« La base S4 a peut-être été déménagée il y a plusieurs décennies ou il est possible qu’elle ne soit plus utilisée pour ce projet. Je ne soutiens pas ce ‘mouvement’. »

« La dernière fois que quelqu’un a tenté de pénétrer dans la Zone 51, il a été abattu. Ce n’est pas la bonne façon pour essayer d’obtenir davantage d’informations. »

« Ce qui est bien, c’est l’intérêt pour ce sujet – la science et la technologie. C’est ce qui va immédiatement changer le monde dans lequel nous vivons. »

Bien qu’une grande partie de la terminologie utilisée dans la description de l’événement original sur Facebook suggère qu’il s’agisse d’une blague, il semble probable que pas mal de gens se présenteront le 20 septembre 2019.

Les organisateurs se dégagent déjà de toute responsabilité pour ce qui pourrait se passer. Sur Facebook, un internaute nommé Jackson Barnes, a écrit : « P.S. Bonjour gouvernement américain, c’est une blague, et je n’ai pas vraiment l’intention de mettre à exécution ce plan. »

« J’ai juste pensé que ce serait drôle et que je pouvais m’amuser sur Internet. Je ne suis pas responsable si les gens décident de prendre d’assaut la Zone 51. »

Dans le numéro du Washington Post publié ce vendredi, la porte-parole de l’armée de l’air, Laura McAndrews, a averti les participants potentiels que la base « est un champ d’entraînement ouvert pour l’US Air Force, et nous découragerions quiconque d’essayer d’entrer dans la zone où nous entraînons les forces armées américaines. »

« L’US Air Force est toujours prête à protéger l’Amérique et ses actifs. »

Source: Daily Star, Le nouvel ordre mondial, le 20 juillet 2019

En savoir plus sur Vincent Deroy

Depuis août 2012, je fouille sur le web à la recherche des cas paranormaux les plus étranges pour le site www.paranormalqc.com dont je suis le Rédacteur en chef. Handicapé de naissance, j'ai aussi été secrétaire-trésorier du musée de mon village pendant 6 ans et demi.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.