Américain a abattu son ordinateur de sang froid et va devoir en répondre devant la justice
Voici une photo de la victime

Un Américain a abattu son ordinateur de sang froid et va devoir en répondre devant la justice

En date du 23 avril 2015.

Colorado Springs, Colorado, États-Unis.

Lucas Hinch est un Américain de 37 ans au sang chaud. Contrairement à son ordinateur, il démarre au quart de tour, quitte à cribler de balles ce même ordinateur, raconte CNN.

Dans un compte-rendu d’intervention intitulé “Un homme abat son ordinateur” et publié sur le site de la ville, la police de Colorado Springs (centre des Etats-Unis) raconte avoir été contactée pour des coups de feu le 20 avril dernier.

“L’enquête a révélé qu’un résident en avait marre de se battre depuis plusieurs mois avec son ordinateur. Il l’a emmené dans une ruelle et tiré huit coups de feu avec une arme de poing, le neutralisant efficacement”, décrit la police.

Depuis plusieurs mois, l’ordinateur de Lucas Hinch affichait un message d’erreur bleu sur son écran. Ce meurtre était “bien évidemment prémédité, s’amuse l’internaute contrarié interrogé par le Los Angeles Times, c’était glorieux, j’ai entendu les anges chanter”.

L’homme un peu nerveux a été cité à comparaître au tribunal le 11 mai prochain, non pour avoir abattu de sang froid son ordinateur, mais pour avoir tiré dans les limites de la ville, ce qui est interdit à Colorado Springs.

L’identité de la victime selon la presse: un Dell XPS 410.

Sources: huffingtonpost.fr

NDLR: La victime laisse dans le deuil un écran, un clavier et une souris.

En savoir plus sur Vincent Deroy

Depuis août 2012, je fouille sur le web à la recherche des cas paranormaux les plus étranges pour le site www.paranormalqc.com dont je suis le Rédacteur en chef. Handicapé de naissance, j'ai aussi été secrétaire-trésorier du musée de mon village pendant 6 ans et demi.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.