Les superbactéries représentent une menace très réelle pour l’humanité

Les superbactéries représentent une menace très réelle pour l’humanité

Les superbactéries, ces bactéries agaçantes qui sont devenues résistantes aux antibiotiques, sont à la hausse et représentent une menace très réelle pour l’humanité. La résistance aux antibiotiques est un problème important et croissant, qui pourrait avoir d’énormes conséquences sanitaires et économiques pour les États-Unis et le reste du monde.

Selon CNBC, le média qui a publié mercredi un nouveau rapport de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), les superbactéries pourraient coûter la vie à environ 2,4 millions de personnes en Amérique du Nord, en Europe et en Australie au cours des 30 prochaines années si rien n’est fait pour enrayer la résistance aux antibiotiques, qui est déjà élevée dans le monde.

La résistance devrait également augmenter encore plus rapidement dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire. Au Brésil, en Indonésie et en Russie, par exemple, entre 40 % et 60 % des infections sont déjà résistantes, comparativement à une moyenne de 17 % dans les pays de l’OCDE. Dans ces pays, la croissance des taux de résistance aux antibiotiques devrait être 4 à 7 fois plus élevée que dans les pays de l’OCDE d’ici 2050.

Environ 29 500 personnes meurent chaque année en moyenne aux États-Unis d’infections liées à huit bactéries résistantes aux antibiotiques. D’ici 2050, on s’attend à ce que ce nombre augmente considérablement. On estime que la résistance aux antibiotiques tuera environ un million de personnes aux États-Unis, en un peu plus de 30 ans.

Le bilan économique de cette crise des superbactéries est énorme : rien qu’aux États-Unis, les coûts des soins de santé liés à la résistance aux antibiotiques pourraient atteindre 65 milliards de dollars d’ici 2050, selon le rapport de l’OCDE. C’est plus que la grippe, le VIH et la tuberculose. Si les projections sont correctes, la résistance aux antibiotiques sera de 70 % supérieure en 2030 par rapport à 2005 dans les pays de l’OCDE. Au cours de la même période, la résistance aux traitements de troisième ligne doublera dans les pays de l’UE. –CNBC

Plus tôt cette année, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis ont averti qu’ils avaient détecté 221 souches d’une race rare de “bactéries cauchemardesques”. Cette bactérie est pratiquement incurable avec des antibiotiques et possède des gènes spéciaux qui lui permettent de transmettre sa résistance à d’autres germes. Les bactéries cauchemardesques sont particulièrement mortelles chez les personnes âgées et les personnes atteintes de maladies chroniques. La probabilité de développer une infection résistante est également significativement plus élevée chez les enfants de moins de 12 mois, et les hommes sont également plus susceptibles de développer des infections résistantes que les femmes. Près de la moitié des infections qui en résultent sont mortelles.

La meilleure chose à faire en ce moment est de sensibiliser les gens aux superbactéries résistantes aux antibiotiques et à la façon de les prévenir. Comme dans le cas de l’épidémie du VIH, savoir comment prévenir l’infection équivaut à maîtriser ces superbactéries. C’est aussi quelque chose que l’on peut faire seul, sans l’aide de personne d’autre. Promouvoir une meilleure hygiène et un meilleur assainissement chez les travailleurs de la santé, mettre fin à la sur-prescription d’antibiotiques, diagnostiquer plus rapidement les infections virales ou bactériennes chez les patients, reporter de trois jours la prescription des antibiotiques et créer davantage de campagnes de sensibilisation pourraient aider à contrer l’une des principales menaces de l’humanité.

Sources: Le nouvel ordre mondial, Zero Hedge, le 9 novembre 2018

En savoir plus sur Vincent Deroy

Depuis août 2012, je fouille sur le web à la recherche des cas paranormaux les plus étranges pour le site www.paranormalqc.com dont je suis le Rédacteur en chef. Handicapé de naissance, j'ai aussi été secrétaire-trésorier du musée de mon village pendant 6 ans et demi.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.