Interdite de voyage aux Etats-Unis car son nom ressemble à Al-Qaïda

Interdite de voyage aux Etats-Unis car son nom ressemble à Al-Qaïda

En date du 27 avril 2014.

Genève, Suisse.

Aida Alic, 33 ans, s’apprêtait à prendre l’avion pour les Etats-Unis mercredi lorsqu’on lui a annoncé la nouvelle: l’immigration américaine venait de la “blacklister”, elle ne pouvait donc pas monter à bord.

Pour cette Française demeurant en Savoie, cette décision des autorités américaines est liée à la ressemblance de son nom à l’organisation terroriste Al-Qaïda, a t-elle déclaré à l’AFP, confirmant une information du Dauphiné Libéré.

“Mon nom peut être assimilé à un groupe terroriste”

La jeune femme devait embarquer mercredi à l’aéroport de Genève dans un vol de la compagnie Swiss pour New York, en compagnie de son mari, Sébastien Michel, et de leurs enfants. Prévu de longue date, le voyage avait été financé “par la cagnotte de mariage” du couple, il y a un an et demi.

Mais une fois à l’aéroport, le personnel lui annonce que l’immigration américaine l’a “blacklistée”, et qu’elle ne peut donc pas monter à bord. Aucune explication n’a été donnée à la famille, qui a dû renoncer à ses dix jours de vacances new-yorkaises et rentrer à La Motte-Servolex, près de Chambéry.

En consultant les sites de l’administration américaine, la jeune femme en a déduit qu’elle avait pu être interdite de vol à cause de son nom.

“Mon nom peut être assimilé à un groupe terroriste. C’est arrivé qu’on me fasse la remarque pour rigoler”, a expliqué Aida Alic, conseillère en formation née à Zvornik, en Bosnie-Herzégovine, et de nationalité française. “C’est l’explication qui me semble la plus probable”, a t-elle poursuivi.

“J’estime que c’est injuste”

Interrogée par l’AFP, la compagnie aérienne Swiss a répondu qu’elle était tenue “de respecter les demandes d’interdiction d’entrée sur les territoires des autres pays”.

“Dans le cas présent, si l’administration américaine émet une interdiction d’entrée pour un citoyen, qu’il soit Suisse, Français ou autre, c’est notre devoir d’empêcher la personne de monter à bord. Si la personne arrive à New York, on est en tort”, a insisté un porte-parole de Swiss, précisant que la compagnie ne connaissait jamais les motifs des interdictions.

“C’est quelque chose qui n’est pas communiqué”, a-t-il poursuivi, ajoutant: “c’est une situation désagréable… Mais en tant que compagnie aérienne, on n’a pas d’influence sur ça”.

Aida Alic a perdu 2 700 euros en billets d’avion dans cette mésaventure, qui n’entre pas, selon elle, dans les critères de remboursement de l’assurance annulation.

Elle affirme vouloir écrire au Premier ministre et au président de la République ainsi qu’à l’administration américaine afin d’obtenir des explications. “Je ne veux pas en rester là, je veux comprendre. J’estime que c’est injuste”.

Source: Wikistrike

NDLR: La bêtise humaine n’a pas de limite…

alic-aida-472523


Agrandir le plan

En savoir plus sur Vincent Deroy

Depuis août 2012, je fouille sur le web à la recherche des cas paranormaux les plus étranges pour le site www.paranormalqc.com dont je suis le Rédacteur en chef. Handicapé de naissance, j'ai aussi été secrétaire-trésorier du musée de mon village pendant 6 ans et demi.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.