Des chercheurs ont créé des rats cyborgs contrôlables par la pensée

Des chercheurs ont créé des rats cyborgs contrôlables par la pensée

Grâce à un système de communication “inter-cerveaux” sans fil, des chercheurs sont parvenus à contrôler les mouvements de rats cyborgs à l’intérieur d’un labyrinthe.

Publiée dans la revue Scientific Reports, cette nouvelle étude représente une avancée notable dans le domaine de la technologie appliquée à ce que l’on pourrait qualifier de “télépathie”. Grâce à une interface cerveau-à-cerveau (BBI), l’équipe de chercheurs de l’université du Zhejiang (Chine) est parvenue à connecter l’esprit d’un humain à celui d’un rat pour contrôler les mouvements de ce dernier.

Du signal au cerveau

Les chercheurs ont commencé par implanter deux paires d’électrodes dans le cerveau des rats, afin de stimuler la zone de la récompense et celle recevant l’injonction d’avancer. Puis ils ont entraîné les rongeurs à produire certains mouvements en réponse aux stimulations spécifiques des électrodes, reçues via un minuscule appareil portable situé sur leur dos.

Ces instructions sont transmises au rat par un sujet humain relié à un EEG (un appareil non-invasif mesurant l’activité cérébrale). L’EEG envoie le signal vers un ordinateur où celui-ci est décodé, puis transmis au rat. Le signal de l’EEG étant relativement faible en comparaison à celui enregistré par les électrodes, le sujet humain doit prendre un compte un certain délai de communication au moment d’envoyer ses instructions.

Avantages et controverses

Les rats ont été contraints à se déplacer à l’intérieur d’un labyrinthe, via un chemin pré-déterminé, lors de 10 tests consécutifs. Au total, les rongeurs suivaient le trajet qui leur était imposé 90% du temps. Ces résultats font suite à de nombreux travaux visant à contrôler le mouvement d’un sujet animal à l’aide d’un BBI. En 2016, c’était aux cerveaux de cafards que les chercheurs avaient choisi de se connecter.

C’est la première fois que cette technologie est utilisée dans une tâche de navigation complexe. Doter un rat d’une caméra miniature et l’envoyer fouiller les décombres de zones sinistrées à la recherche de survivants grâce au BBI est l’une des ambitions des chercheurs travaillant sur ce type de projets. Néanmoins, de telles expérimentations soulèvent d’importantes questions éthiques sur le contrôle de l’esprit d’autres espèces.

Sources: maxisciences.com, Wikistrike, 18 février 2019

En savoir plus sur Vincent Deroy

Depuis août 2012, je fouille sur le web à la recherche des cas paranormaux les plus étranges pour le site www.paranormalqc.com dont je suis le Rédacteur en chef. Handicapé de naissance, j'ai aussi été secrétaire-trésorier du musée de mon village pendant 6 ans et demi.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.