Vieille de 120 millions d'années, la pierre de Dashka, découverte en 1999, révèle un passé hautement civilisé
Une carte de la Sibérie ancestrale qui révèle des canaux et des barrages !

Vieille de 120 millions d’années, la pierre de Dashka, découverte en 1999, révèle un passé hautement civilisé

(NDLR: Lire le commentaire au bas de l’article)

En date du 31 août 2014.

La pierre de Dashka fait partie de ces nombreux objets retrouvés à travers le monde, lesquels après avoir fait l’objet d’études scientifiques sérieuses, n’ont fourni aucune explication probante sur leur origine ou même leur raison d’être. Cette pierre ressemblant à une grande tablette fut trouvée dans les montagnes de l’Oural en Sibérie par le professeur de physique et de mathématiques Alexandr Chuvyrov de l’Université d’Etat de la région de Bachkirie. La pierre pèse pas loin d’une tonne, mesure 1,48 mètre de haut pour 1,05 mètre de large et serait composées de trois couches successives de matériaux très différents.

Qu’a-t-elle de si particulier ? Cette pierre de Dashka, plus tard rebaptisée pierre du créateur, vous allez comprendre pourquoi, représenterait en relief, donc en trois dimensions toute une région de la Sibérie telle qu’elle aurait pu être il y a 120 millions d’années ! Toutefois, si les chercheurs pensent reconnaître certaines montagnes et cours d’eau qui existent encore, ils sont surpris aussi de découvrir ce qui ressemble à des réseaux d’irrigation assez complexe, à des canaux larges de plus de 500 mètres et même des structures similaires à des barrages, on en compterait douze.

La couche superficielle d’à peu près deux millimètres d’épaisseur qui recouvre la pierre serait composée de porcelaine à forte densité de calcium ce qui lui assurerait une certaine protection contre l’érosion. La base de la pierre, qui ne porte aucune gravure serait de la dolomite, et la partie entre les deux couches, sur laquelle est gravée la carte serait de la diopside. D’après les chercheurs, il n’existe aucune technologie à l’heure actuelle capable de graver avec précision dans un minéral aussi dur que la diopside.

Quelques géologues semblent d’accord pour affirmer que la carte, si toutefois elle en est bien une, représenterait effectivement une grande région de l’Oural (Sibérie) qui dans les faits n’a pas beaucoup changé géologiquement depuis plusieurs millions d’années. Un groupe de chercheurs dont fait partie le professeur Chvyrov pensent également que la carte pourrait être un petit fragment d’un ouvrage plus conséquent montrant d’autres régions de Sibérie. Un autre fait curieux réside dans la fait que la carte serait gravée d’un côté de caractère hiéroglyphiques faisant penser à de l’ancien chinois. Ces caractères n’ont pas encore été déchiffrés.

C’est le journal russe Pravda qui a fait connaître la pierre de Dashka au grand public en publiant un article en 2002 sur le sujet. Selon le journal, le professeur Chvyrov étudiait les migrations des peuples de la région de l’Oural lorsqu’il eut écho d’archives du 18ième siècle collectées par le gouverneur d’Ufa mentionnant l’existence de plus de 200 tablettes de différentes dimensions, couvertes de gravures et motifs étranges. D’après les archives, ces pierres se trouvaient près d’un village de la région de Nurimanov. Le professeur se rendit à plusieurs reprises dans la région et finit par trouver la pierre de Daska en 1999, parait t-il dans la cour d’une ferme.

Toujours selon le journal, la pierre aurait été confiée un temps au Centre Historique de Cartographie dans le Wisconsin aux Etats-Unis. Leurs conclusions auraient été les suivantes : La pierre représente en effet une cartographie qui n’a pu être réalisée qu’a l’aide de vues aériennes. Une étude comparative visant à infirmer ou confirmer l’authenticité de la « carte de pierre » en menée en ce moment même, notamment à l’aide de puissants ordinateurs et d’images satellites. Les conclusions devraient être publiées en 2010.

Source: Wikistrike, secretebase.free.fr.


Les mystères de la cartographie II La pierre… par vonshrank

NDLR: Cet article ne semble pas très sérieux car, après des recherches, j’ai découvert que la Diopside a une dureté de 6 à 7 sur l’échelle de Mohs et peut être rayé avec une simple lime à ongle. Donc, ce minéral n’est pas extrêmement dur comme il est mentionné dans l’article et peut être façonné facilement. Donc, un article a prendre avec un grain de sel. Sources: La grande Encyclopédie des minéraux, Éditions Gründ, 1992.

En savoir plus sur Vincent Deroy

Depuis août 2012, je fouille sur le web à la recherche des cas paranormaux les plus étranges pour le site www.paranormalqc.com dont je suis le Rédacteur en chef. Handicapé de naissance, j'ai aussi été secrétaire-trésorier du musée de mon village pendant 6 ans et demi.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.