Des ruines âgées jusqu'à plus de 2000 ans découvertes sous l'eau au large des côtes indiennes
Bloc de pierre taillée (à gauche) et escaliers menant à la plateforme découverte sous l'eau (droite), à Mahabalipuram en Inde. Photo: National Institute of Oceanography. En savoir plus sur http://decouvertes-archeologiques.blogspot.com/2016/06/des-ruines-agees-jusqua-plus-de-2000.html#Q36ryphmmfrozJVW.99

Des ruines âgées jusqu’à plus de 2000 ans découvertes sous l’eau au large des côtes indiennes

Une décennie après que des temples en ruines furent aperçus lors du tsunami de 2004, des plongeurs viennent de confirmer l’existence d’un ancien temple et probablement bien plus, au large des côtes indiennes.

Des ruines âgées jusqu'à plus de 2000 ans découvertes sous l'eau au large des côtes indiennes
Bloc de pierre taillée (à gauche) et escaliers menant à la plateforme découverte sous l’eau (droite), à Mahabalipuram en Inde. Photo: National Institute of Oceanography. En savoir plus sur http://decouvertes-archeologiques.blogspot.com/2016/06/des-ruines-agees-jusqua-plus-de-2000.html#Q36ryphmmfrozJVW.99

Les ruines sont situées près de la destination touristique, et site du Patrimoine Mondial de l’UNESCO, Mamallapuram ou Mahabalipuram, dans le sud de l’état indien du Tamil Nadu. Juste avant que le tsunami destructeur ne frappe, l’océan s’était retiré de plusieurs centaines de mètres et les touristes avaient rapporté avoir vu de grosses pierres et rochers.

Une équipe de 10 personnes de l’Institut National Géographique (NIO) ont étudié la zone entre le 10 et 18 mars 2016; ils ont découvert les ruines de l’un des six temples que l’on suppose avoir été engloutis par l’océan, suite à la montée des eaux.

L’équipe, comprenant des plongeurs, géologistes et archéologues, a découvert un mur long de dix mètres, un escalier et des blocs de pierre taillée à huit mètres sous la surface de l’eau.

Les ruines étaient à plus de 800m des côtes. De nombreuses ruines n’étaient pas encore identifiables en raison des nombreuses plantes aquatiques.

D’après le chef de l’archéologie marine du NIO, Rajiv Nigam, «certaines d’entre elles sont très endommagées en raison des forts courant sous-marins et de la houle. Cependant, nous arrivons à distinguer qu’elles faisaient parti d’un ensemble de constructions».

Les recherches ont été menées suite à des indices recueillis au cours d’une étude de la zone avec un sonar en 2005. T. Sathyamurthy, ancien super-intendant archéologue, de l’Archaeological Survey of India Chennai Circle, rapporte au sujet de la première étude que «nous avons découvert que la rangée de grosses pierres que les gens ont vu juste avant le tsunami faisait partie d’un mur haut de 2m et long de 70m. Nous avons aussi trouvé les restes de deux autres temples submergés et un temple dans une grotte à 500 mètres des côtes.»

Suite au tsunami du 26 décembre 2004, une statue de lion s'était retrouvée sur la plage à Mahabalipuram, en Inde.
Suite au tsunami du 26 décembre 2004, une statue de lion s’était retrouvée sur la plage à Mahabalipuram, en Inde.

La plupart des ruines seraient âgées de 1100 à 1500 ans. Des structures en briques ont aussi été identifiées sur le fond marin et elles remonteraient à 300 à 200 avant JC, une période historique du Tamil Nadu appelée Période Sangam.

On suppose que la zone a été submergée suite à un tsunami qui a touché les côtes en 952 après JC.

Les temples restants sont dédiés à de nombreuses déités différentes, ce qui est inhabituel pour des temples de cette période, généralement dédiés au dieu Shiva.

De nombreux temples trouvés aux alentours de Mamallapuram ont été construits aux alentours du 9ème et 10ème siècle après JC. Mais c’était un canton prospère et un important port commercial dès le premier siècle après JC. Il est mentionné dans plusieurs documents de la Rome ancienne.

Sources: Wikistrike, digitaljournal.com, 10 juin 2016.

En savoir plus sur Vincent Deroy

Depuis août 2012, je fouille sur le web à la recherche des cas paranormaux les plus étranges pour le site www.paranormalqc.com dont je suis le Rédacteur en chef. Handicapé de naissance, j'ai aussi été secrétaire-trésorier du musée de mon village pendant 6 ans et demi.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.