La région de Stonehenge était habitée il y a 10 000 ans

La région de Stonehenge était habitée il y a 10 000 ans

En date du 31 mai 2014.

Stonehenge, Royaume-Uni.

Stonehenge, le monument préhistorique situé dans la plaine de Salisbury, fascine les historiens et archéologues depuis des siècles.

Ils pensent qu’il a été construit sur 1500 ans au cours de la période Néolithique, entre 2500 et 3000 avant EC (ère commune). Et, bien que les preuves suggèrent qu’il fut utilisé comme cimetière, les chercheurs sont encore incertains sur son utilisation plus large et sa signification.

Actuellement, les scientifiques mènent une fouille archéologique dans la ville d’Amesbury, l’agglomération la plus proche de Stonehenge. Ils ont découvert de nouveaux indices montrant que les gens vivaient dans la région depuis des millénaires, bien avant la construction du monument.

Parmi les artéfacts, les chercheurs ont déterré, sur le site archéologique de Blick Mead, des ossements de plusieurs grands animaux et de nombreux silex brûlés. A l’aide des techniques de datation au radiocarbone, ils ont pu confirmer que ces nouvelles découvertes remontaient à 10000 ans, aux alentours de 8820 avant EC.

Alors que Stonehenge n’a été construit qu’entre 2500 et 3000 avant EC, ces nouvelles découvertes indiquent que les premiers habitants de la région étaient là des milliers d’années avant la construction du monument.

Bien que la plupart des ossements trouvés sur le site de Blick Mead appartenaient à de grands animaux comme des aurochs ou des cerfs rouges, il y avait aussi des ossements provenant de plus petits animaux.

L’année dernière, les chercheurs ont découvert que les Britanniques de la préhistoire vivant dans la région consommaient des cuisses de grenouilles, des milliers d’années avant les français…

Première agglomération la plus proche de Stonehenge, Amesbury attire le million de visiteurs par an.
Auparavant, la ville de Tchatcham, dans le Berkshire, à 65km à l’est, était l’agglomération britannique la plus ancienne occupée en continuité. Mais les plus anciennes traces d’activités humaines ne remontaient qu’en 7700 avant EC.

D’après les découvertes du Projet Blick Mead, Amesbury a donc supplanté Tchatcham comme point de départ de l’histoire Britannique au cours du Néolithique.

Selon David Jacques, chercheur en archéologie à l’université de Buckingham et directeur des fouilles, la rivière Avon, qui traverse la zone, a dû servir de “route principale” pour les gens qui vivaient ou voyageaient à proximité.

De plus, les gens ont dû être attirés par cette région en raison de la coloration rose du silex, unique dans cette région Britannique. La couleur est provoquée par une variété d’algue, Hildenbrandia rivularis, qui pousse avec la lumière du soleil en combinaison avec l’eau de source exceptionnellement chaude (10° à 13°c) dans la région

Les chercheurs espèrent que ces nouvelles découvertes à Amesbury puissent apporter des éléments de réponse sur la raison pour laquelle Stonehenge a été construit ici.

Pour Jacques, “le site apporte de nombreuses informations sur la révolution Néolithique. Il fournit des éléments de preuve de personnes restées sur place, ayant défriché, construit, et probablement adoré, des monuments. La zone était clairement un point de rassemblement pour les gens venant de loin, et est à bien des égards un précurseur pour ce qui s’est passé plus tard à Stonehenge.”

Source: Wikistrike

Mysterious-Stonehenge-in-United-Kingdom-5
Ce à quoi pouvait ressembler Stonehenge à l’époque.


Agrandir le plan

En savoir plus sur Vincent Deroy

Depuis août 2012, je fouille sur le web à la recherche des cas paranormaux les plus étranges pour le site www.paranormalqc.com dont je suis le Rédacteur en chef. Handicapé de naissance, j'ai aussi été secrétaire-trésorier du musée de mon village pendant 6 ans et demi.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.