Pyramides de Gizeh : le secret de leur alignement enfin découvert ?

Pyramides de Gizeh : le secret de leur alignement enfin découvert ?

L’alignement des pyramides de Gizeh demeure à ce jour un mystère pour les scientifiques. Une nouvelle théorie propose d’expliquer comment les Égyptiens de l’époque seraient parvenus à un tel degré de précision.

Depuis des siècles, les chercheurs se demandent comment les Égyptiens de la période antique ont construit les pyramides, et notamment comment ceux-ci sont parvenus à les aligner avec autant de précision. Une nouvelle théorie suggère que les constructeurs des pyramides auraient pu utiliser l’équinoxe d’automne pour parvenir à cet étonnant résultat.

Le tracé du “cercle indien”

Les quatre angles de la grande pyramide de Gizeh sont étonnamment droits et presque parfaitement alignés avec les quatre points cardinaux. Les trois pyramides sont elles-mêmes alignées les unes avec les autres dans des proportions quasi parfaites. S’il nous est aujourd’hui possible de le constater avec des drones et des données satellites, à l’époque, accomplir un tel exploit n’allait pas de soi.

En 2018, l’archéologue et ingénieur Glen Dash propose une hypothèse simple et élégante : les Égyptiens se seraient basés sur l’équinoxe d’automne pour établir leurs mesures, avec l’aide d’un gnomon (un bâton que l’on plante dans le sol pour y projeter l’ombre du Soleil). Grâce à une série de mesures effectuées depuis l’équinoxe du 22 septembre 2016, Dash est parvenu à démontrer que la méthode dite du “cercle indien” permettait d’obtenir avec une relative précision l’orientation des points cardinaux.

Du bâton à la pyramide

Grâce au gnomon, il est possible de suivre la trajectoire du Soleil à travers le ciel en reportant à intervalles réguliers l’ombre projetée par l’extrémité supérieure du bâton sur le sol. Une fois cette courbe tracée, il suffit de dessiner un cercle prenant pour centre le gnomon, et de marquer les deux points d’intersection entre le cercle et la courbe. Tracez une droite d’un point à l’autre et vous obtiendrez alors une ligne voyageant d’est en ouest (ou l’inverse), pourvu que vos mesures soient prises lors de l’équinoxe.

(Pour un aperçu visuel de cette méthode, cliquez ici.)

La marge d’erreur de cette méthode, mesurée par Dash, s’avère parfaitement coïncider avec la légère erreur d’un quinzième de degré que l’on note dans l’orientation des trois pyramides. Bien entendu, cette découverte n’offre aucune garantie que la technique aurait pu être employée par les Égyptiens, mais elle propose néanmoins une piste d’étude qui n’est pas dénuée d’intérêt.

Sources: maxisciences.com, Wikistrike, 26 février 2019

En savoir plus sur Vincent Deroy

Depuis août 2012, je fouille sur le web à la recherche des cas paranormaux les plus étranges pour le site www.paranormalqc.com dont je suis le Rédacteur en chef. Handicapé de naissance, j'ai aussi été secrétaire-trésorier du musée de mon village pendant 6 ans et demi.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.