Nouvelle lumière sur le disque Phaistos

Nouvelle lumière sur le disque Phaistos

“La face A du disque parle de la déesse enceinte qui brille et la face B contient une phrase de deux lignes en allitération minoenne qui se réfère à la déesse qui s’assombrit ; Le déclin d’Astarte/Aphrodite/Aphaia. Avec votre aide, je voudrais qu’un jour à l’avenir, nous traduisions ces lignes sur la déesse de l’amour et en apprenions plus.”

Avec ces mots, le linguiste Dr Gareth Owens, spécialiste de l’écriture minoenne, a conclu son exposé intéressant intitulé “La voix du disque de Phaistos” donné mercredi à la National Hellenic Research Foundation (NHRF), en collaboration avec l’Institut Technologique Educatif (TEI) de Crète.

“Il a 61 mots sur les deux côtés et 18 lignes en forme de sonnet rythmique. Six mots parlent de la lumière et six mots parlent de la lumière qui s’estompe. Trois mots parlent de la déesse enceinte et dix autres de la déesse avec des adjectifs différents”, a déclaré dans un grec fluide, le Dr Owens, s’adressant à un large public dans l’amphithéâtre de la NHRF, qui était venu entendre son interprétation expérimentale de plus de la moitié des mots du Disque, basée sur de nombreuses années de recherche scientifique.

“Des mots et une phrase entière du disque de Phaistos ont également été trouvés dans d’autres inscriptions syllabiques religieuses minoennes, à la fois dans la grotte d’Arkalochori et sur la montagne de Yuchtas à côté d’Archanes et de Knossos. Ces inscriptions religieuses ont été trouvées avec des offrandes votives, ce qui veut dire que les mots minoens associés aux offrandes votives minoennes sont en rapport à la fois avec la religion et la santé.

“Par conséquent, il peut être vu dans un contexte logique, c’est-à-dire que le Disque de Phaistos est une inscription syllabique religieuse minoenne lue dans la continuité épigraphique et liée à des textes presque équivalents qui sont associés aux lieux saints et aux offrandes votives, c’est-à-dire aux souhaits, aux prières et surtout à la santé”, a noté le Dr Owens.

Il n’a pas non plus oublié de mentionner : “sans mes bons amis et collègues, nous n’en serions pas arrivés à une lecture qui, je crois, est la meilleure des 110 dernières années ou des 37 derniers siècles au cours desquels quelqu’un, homme ou femme, a lu le Disque de Phaistos pour peut-être la dernière fois, 500 ans avant la guerre de Troie”, ajoutant que “Naturellement j’ai fait des erreurs. Je prends toutes mes responsabilités. Mais nous avons aussi fait un effort. Tout le monde fait des erreurs ; c’est juste qu’il y a quelqu’un qui n’a pas fait l’effort. Ce soir, je voudrais partager cet effort avec vous dans l’espoir que nous apporterons ensemble des améliorations et des corrections. Nous pensons que nous pouvons maintenant lire 99% du Disque Phaistos avec les valeurs phonétiques du script Mycenaean Linear B. Nous avons un total de 242 signes imprimés, c’est-à-dire des syllabes de lettres, avec 45 signes différents. Le moment est venu de faire le pas suivant vers la compréhension”. Et il a fait remarquer : “Nous pouvons maintenant dire ce que signifient plus de la moitié des mots sur le disque” et comment, pour 10% des 61 mots “nous avons des indices linguistiques quant à leur signification” sans savoir exactement ce qu’ils signifient. “Peut-être la voix d’un sappho minoen ou d’une hypatie parle-t-elle d’Astarte, la déesse de l’amour, de la Crète minoenne. Le disque comporte 18 rimes avec une allitération poétique. Nous parlons peut-être de lignes comme dans un sonnet Shakespeare ? Ou peut-être quelque chose qui ressemble à des mantinades crétoises ?” C’est demandé le Dr Owens, initiant le public aux secrets du Disque de Phaistos, ce dernier ayant encore beaucoup à révéler.

Au cours de l’événement, le public a été accueilli par le Dr Evi Sahini, responsable du Centre national de documentation et le professeur Yannis Kaliakatsos, ancien vice-chancelier, directeur académique du Bureau des relations internationales du TEI de Crète, tandis que l’allocution du Dr Owens a été suivie de questions du public.

Sources: Wikistrike, archaeology.wiki, 19 février 2018

En savoir plus sur Vincent Deroy

Depuis août 2012, je fouille sur le web à la recherche des cas paranormaux les plus étranges pour le site www.paranormalqc.com dont je suis le Rédacteur en chef. Handicapé de naissance, j'ai aussi été secrétaire-trésorier du musée de mon village pendant 6 ans et demi.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.