Un manuscrit Mixtèque caché depuis des siècles a été déchiffré

Un manuscrit Mixtèque caché depuis des siècles a été déchiffré

Ce qui est arrivé aux chercheurs d’une bibliothèque d’Oxford, c’est un peu le rêve fou du collectionneur qui s’apercevrait que sous une toile de Monet se cache un Rembrandt.

Ces chercheurs ont en effet réussi à déchiffrer un ancien et rare manuscrit Mixtèque qui se cachait sous le non moins rare codex Selden. Les codex sont les précieux (une vingtaine seulement) livres qui représentent tout l’héritage des civilisations mésoaméricaines: Mayas, Aztèques, Mixtèques, etc. Celui étudié par les chercheurs provient de la région mexicaine d’Oaxaca.

Le codex en question, Selden, date de 1560 environ et a survécu aux autodafés de l’inquisition espagnole. En forme d’accordéon et long, déplié, de cinq mètres, ce recueil de 20 pages est écrit sur du cuir de cerf recouvert d’une sorte d’enduit, le gesso. Un document déjà extrêmement précieux.

Mais dans les années 50, les chercheurs avaient “gratté” l’une des pages et trouvé une forme leur faisant penser que le codex était écrit sur un manuscrit encore plus ancien, rapporte le Guardian.

C’est seulement aujourd’hui que des chercheurs d’Oxford et d’universités néerlandaises ont réussi à reconstituer les pictogrammes et dessins en question, en utilisant une technique d’imagerie hyperspectrale, qui servait à l’origine aux astrophysiciens pour étudier la couleur des étoiles. Cette machine analyse un objet et peut “voir” des choses invisibles à l’oeil nu, effacées ou modifiées, en filtrant les différentes parties du spectre de la lumière.

Une signification qui reste à trouver

Mais que dit ce manuscrit? Pour l’instant, 7 pages ont été analysées par les chercheurs. “Ce qui est intéressant, c’est que le texte que nous avons découvert ne correspond pas aux autres anciens manuscrits mixtèques”, explique Ludo Snijders, de l’université de Leiden et auteur principal de l’étude. Notamment, la généalogie semble être unique.

On peut y voir plus de 20 personnages assis ou debout, tous tournés dans la même direction. Si ce genre de scène, dans les codex déjà connus, représente souvent un roi et son conseil, celles découvertes par les chercheurs comportent des hommes et des femmes, ce qui est inhabituel.

D’autres pages montrent des Mixtèques équipés de bâtons et de lances, des femmes aux cheveux rouges ou encore des noms de rivières. Un personnage spécial, grand et équipé d’une corde torsadée et d’un couteau en silex est également souvent présent. Si le nom semble proche d’un personnage important de deux lignées évoqué dans d’autres codex, il faudra des analyses plus poussées pour valider le lien.

C’est l’étape suivante pour les chercheurs: analyser l’ensemble des 20 pages du codex pour découvrir tout ce qui se cache sous l’enduit et mieux comprendre une civilisation complexe qui n’a laissé derrière elle que quelques écrits.

Sources: Wikistrike, huffingtonpost.fr, 23 août 2016.

En savoir plus sur Vincent Deroy

Depuis août 2012, je fouille sur le web à la recherche des cas paranormaux les plus étranges pour le site www.paranormalqc.com dont je suis le Rédacteur en chef. Handicapé de naissance, j'ai aussi été secrétaire-trésorier du musée de mon village pendant 6 ans et demi.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.