Un scientifique démis de ses fonctions pour avoir prouvé la coexistence des dinosaures et des Hommes

Un scientifique démis de ses fonctions pour avoir prouvé la coexistence des dinosaures et des Hommes

En date du 31 juillet 2014.

L’Histoire traditionnelle suggère que le chemin des humains et celui des dinosaures ne se soient jamais croisés et que leur existence sur la Terre soit séparée par des dizaines de millions d’années.

Mais la récente découverte du scientifique Mark Armitage, de l’Université d’Etat de Californie, pourrait bien mettre sens dessus-dessous l’histoire de la civilisation humaine.

Armitage participait à des fouilles dans le Montana lorsqu’il est tombé sur la plus grosse corne de tricératops jamais découverte. Suite à un examen de cet unique spécimen à l’aide d’un puissant microscope, Armitage a découvert quelque chose qu’aucun scientifique avant lui n’avait encore pu déceler sur les restes d’un dinosaure – des tissus mous.

Ses collègues ont été stupéfaits par sa découverte, puisque l’existence de tissus mous, qui devraient s’être dégradés et avoir disparu au fil des millions d’années, suggère que ce dinosaure n’est pas mort il y a 60 millions d’années, mais qu’il se portait encore très bien en Amérique du Nord il y a seulement quelques millénaires.

Nous pourrions penser qu’une telle découverte pourrait mener à plus de recherches quant à l’éventuelle coexistence des humaines et des dinosaures à un certain moment de l’Histoire. Mais ce n’est pas ce qu’il s’est passé.

Les subventions d’Armitage ont été suspendues, sa recherche a été passée sous silence, et l’homme a perdu son emploi à l’Université de Californie.

Ses découvertes auraient été si importantes que le conseil d’administration a eu peur qu’elles viennent mêler science et religion.

Un membre de l’université est allé jusqu’à expliquer à Armitage pourquoi il avait été renvoyé : « nous ne tolèrerons pas votre religion dans notre département », lui aurait-il dit.

Selon la pensée officielle de la Bible, l’histoire de la Terre remonte à 6.000 ou 10.000 ans, un fait que les scientifiques utilisent souvent pour rejeter la possibilité qu’elle puisse contenir quelque forme de vérité que ce soit. Puisque les os des dinosaures ont plus de 60 millions d’années, la Bible a forcément tort, comme la création de la Terre relatée par le premier livre de la Genèse remonte à moins de 10.000 ans.

La récente découverte pourrait portant lever le voile sur certaines créatures mystérieuses mentionnées dans l’Ancien testament. Les premiers livres de la Bible ne mentionnent peut-être pas de tricératops ou d’autres dinosaures par leur nom, mais ils parlent de dragons et de béhémoths, que certains intellectuels associent à des serpents, des reptiles ou encore des monstres marins.

Ces créatures ont en effet vécu en même temps que les Hommes selon l’histoire que raconte la Bible chrétienne.

Voici l’hippopotame, à qui j’ai donné la vie comme à toi ! Il mange de l’herbe comme le bœuf. Le voici ! Sa force est dans ses reins, et sa vigueur dans les muscles de son ventre. Il plie sa queue aussi ferme qu’un cèdre, les nerfs de ses cuisses sont entrelacés. Ses os sont des tubes d’airain, ses membres sont comme des barres de fer.

Job 40:15-18

Et pourtant, jusqu’à présent, aucune recherche scientifique n’a prouvé que de si gros animaux à la peau similaire à celle de reptiles existaient à l’époque.

La découverte d’Armitage confirme ce que dit la Bible, ce qui a apparemment déplu à la communauté scientifique, qui a décidé de démettre Armitage de ses fonctions.

Source (pour voir la suite de l’article): 24hgold.com

NDLR: Intéressant.

En savoir plus sur Vincent Deroy

Depuis août 2012, je fouille sur le web à la recherche des cas paranormaux les plus étranges pour le site www.paranormalqc.com dont je suis le Rédacteur en chef. Handicapé de naissance, j'ai aussi été secrétaire-trésorier du musée de mon village pendant 6 ans et demi.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.