Un anticorps de lama pourrait être la clé d’un vaccin antigrippal universel

Un anticorps de lama pourrait être la clé d’un vaccin antigrippal universel

Il y a moins d’une semaine, Roche a obtenu l’approbation réglementaire du Xofluza, un médicament à dose unique administré par voie orale, le premier nouveau traitement contre la grippe approuvé depuis 20 ans. De nouvelles recherches indiquent que les lamas, l’animal de meute sud-américain aux yeux de biche, détiennent peut-être la clé des vaccins contre la grippe.

Le Los Angeles Times a rapporté qu’une équipe du Scripps Institute en Californie du Sud a été en mesure de prélever les anticorps de lamas et de les utiliser comme base pour un vaccin contre la grippe. Les anticorps du lama sont suffisamment efficaces pour agir sur un grand nombre de virus de la grippe, selon le rapport. Le LA Times a rapporté que les chercheurs de Scripps ont publié leurs conclusions dans le dernier numéro de Science.

Selon le résumé de l’article, divers anticorps camélidiques à domaine unique contre l’hémagglutinine du virus de la grippe ont été utilisés pour produire des anticorps multidomaines d’une ampleur et d’une puissance impressionnantes. Dans l’étude, les chercheurs ont utilisé l’anticorps multidomaine MD3606 chez la souris. Ils ont découvert que l’anticorps protégeait les souris contre les infections grippales A et B lorsqu’il était administré par voie intraveineuse ou exprimé localement à partir d’un vecteur viral adéno-associé recombinant.

“Collectivement, nos résultats démontrent que les anticorps multidomaines ciblant des épitopes multiples présentent une réactivité croisée et une activité virale accrues. En combinaison avec l’administration de gènes à médiation virale adéno-associée, ils peuvent constituer une stratégie efficace pour prévenir l’infection par le virus de la grippe et d’autres agents pathogènes très variables”, ont déclaré les chercheurs dans le résumé de l’article.

Les chercheurs ont noté que les vaccins antigrippaux sont essentiels pour prévenir la propagation du virus, mais que leur efficacité est “considérablement réduite chez les personnes âgées, qui sont exposées à un risque accru de complications liées à la grippe”. Les chercheurs ont ajouté que la sélection annuelle des souches vaccinales présente de nombreux défis et que si les souches sélectionnées ne correspondent pas aux virus en circulation, les vaccins ne sont pas aussi efficaces. La plupart des anticorps actuels induits par le vaccin antigrippal sont dirigés contre les régions très variables de la tête de l’hémagglutinine (HA) et sont spécifiques de la souche, ont déclaré les chercheurs.

Cependant, les chercheurs de Scripps ont été en mesure de développer une seule protéine à partir des anticorps de lama qui sont capables d’entrer dans le plus petit des espaces à la surface d’un virus – des espaces qui sont trop petits pour la plupart des protéines, selon le LA Times. L’anticorps multidomaine MD3606 en est le résultat et il pourrait offrir une protection contre la plupart des souches de la grippe, selon les chercheurs. Cela serait vrai même si une souche de grippe venait à changer. Le vaccin à base de lama serait efficace, ont noté les chercheurs.

Si le vaccin se révélait efficace dans le cadre d’essais sur des humains, ce serait un facteur important pour empêcher les gens de contracter la grippe, qui représente une grave menace pour la santé chaque année. À l’échelle mondiale, il y a environ 650 000 décès dus à la grippe et des millions de personnes sont hospitalisées à cause de cette maladie. Selon les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis, les personnes considérées à risque élevé de complications graves de la grippe comprennent les personnes âgées de plus de 65 ans, ainsi que les personnes atteintes de maladies préexistantes comme l’asthme, le diabète, les cardiopathies, les maladies chroniques respiratoires, les maladies cardiaques, etc.

Cependant, il faudra des années avant que l’antivirus à base de lamas puisse potentiellement trouver son chemin vers une hypothétique utilisation. Il y a de nombreux obstacles à surmonter, mais les chercheurs vont de l’avant, selon le LA Times.

Sources: Le nouvel ordre mondial, Bio Space, le 3 novembre 2018

En savoir plus sur Vincent Deroy

Depuis août 2012, je fouille sur le web à la recherche des cas paranormaux les plus étranges pour le site www.paranormalqc.com dont je suis le Rédacteur en chef. Handicapé de naissance, j'ai aussi été secrétaire-trésorier du musée de mon village pendant 6 ans et demi.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.