AUSSI STABLE QUE LE ROC ? – Les roches mobiles de la Vallée de la Mort

La Vallée de la Mort, monument national de Californie, est le domaine des extrêmes. Des montagnes recouvertes de neige, tapissées de pins et de fleurs sauvages, s’élèvent telles des dunes instables au-dessus d’immensités de déserts, salins et alcalins. À environ 9 km au-dessous du niveau de la mer, cette étendue est la plus basse, la plus aride et la plus chaude des Etats-Unis.

De toutes les merveilles naturelles qu’on y trouve, il en est une particulièrement remarquable : les pierres bougent ! Ces roches couvrent la surface craquelée de Racetrack, le «champ de courses», qui ressemble à une plage de 5 km de long ou à un lac asséché.

Classées par ordre de taille, des cailloux aux rochers, ces pierres semblent ordinaires. Mais derrière chacune d’entre elles se trouvent de longs sillons. Les uns sont rectilignes, d’autres zigzaguent ou sont courbés. Ils témoignent du déplacement des pierres, apparemment autonomes dans leurs mouvements. Sur le sable, ces traces peuvent s’étendre sur des centaines de mètres.

12055,xcitefun-moving-rocks-1

Comment les pierres font-elles pour bouger ? Certains pensent qu’elles sont animées par une surnaturelle, d’autres par la présence d’OVNIS; quelques-uns enfin penchent pour une explication géologique.

Le docteur Robert P. Sharp a sans doute compris le secret. Ce professeur de géologie à institut de Technologie de Californie a étudié le phénomène pendant sept ans, et repéré trente pierres de différentes formes et tailles. Après les avoir étiquetées et baptisées, il a marqué chacune de leurs positions par un jalon de métal, pour voir si elles se déplaçaient vraiment. Au bout d’un an, une pierre a avancé en plusieurs mouvements de 26,2km, et une autre, d’un seul coup, de 21 km !

Sharp étudie alors les traces laissées par ces mouvements et les conditions météorologiques dans lesquelles ils se sont produits. Et il conclut à la responsabilité des forces combinées du vent et de l’eau. La moyenne annuelle des précipitations est ici rarement supérieure à 5 cm. Mais une légère pluie suffit à créer une nappe d’humidité au-dessus de la couche d’argile. Quand cette surface est devenue glissante, un puissant coup de vent, canalisé par les montagnes, suffit à pousser un rocher, à la vitesse incroyable de 1 m/s.

Les pierres de Racetrack sont aujourd’hui encore une grande attraction touristique.

Source: Faits étranges et récits extraordinaires aux Éditions: Sélection du Reader’s Digest, 1989.

Malheureusement, Le vidéo à disparu.

En savoir plus sur Vincent Deroy

Depuis août 2012, je fouille sur le web à la recherche des cas paranormaux les plus étranges pour le site www.paranormalqc.com dont je suis le Rédacteur en chef. Handicapé de naissance, j'ai aussi été secrétaire-trésorier du musée de mon village pendant 6 ans et demi.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.