Une rivière réapparaît au beau milieu d'un désert aride en Israël

Une rivière réapparaît au beau milieu d’un désert aride en Israël

En date du 19 mars 2014.

Dans la région désertique du Néguev au sud d’Israël s’est produit un drôle de phénomène que l’on pourrait presque qualifier de miraculeux. À sec depuis des années, le lit d’une ancienne rivière a subitement été à nouveau rempli par une eau venue directement des montagnes après une saison de pluies diluviennes.

Couvrant une superficie de 13 000 km2, le désert de Néguev qui s’étend sur la plus grande partie du district sud d’Israël, est une région particulièrement aride où l’eau se fait souvent rare. Limité à l’ouest par le désert de la péninsule du Sinaï et à l’est par la vallée de l’Arabah, ce désert à la végétation quasi inexistante ne voit que très rarement la pluie tomber et ses rivières se remplir totalement. Voilà ce qui explique la sécheresse presque permanente du lit de la rivière Zin qui pourtant revient à la vie de manière épisodique et spectaculaire.

Une eau venue des montagnes

Depuis les temps bibliques, cette rivière, qui il y a des siècles servait déjà à délimiter la frontière israélienne, s’assèche et se renfloue selon des périodes plus ou moins espacées. Bordé de canyons, le lit de cette rivière voit en effet selon les périodes, l’eau revenir en masse puis s’évaporer à nouveau pour ne laisser place qu’à la terre et à la poussière. Un véritable cycle naturel que les tour-opérateurs sont même parvenus à transformer en business en laissant entendre aux touristes que ceux-ci pourraient avoir la chance d’assister au retour de la rivière lors de leur passage sur le site.

Un parcours qui se termine au bord de la Mer Morte

Cependant, le retour de l’eau dans le lit de la rivière Zin reste toujours très difficile à anticiper. Pour que le phénomène s’accomplisse, il faut que des pluies abondantes aient lieu bien en amont, au-dessus du Crater Ramon (Makhtesh Ramon) situé sur le mont Negev à 85km au sud de la ville de Beersheba. Si l’eau est tombée en quantité abondante durant les mois d’hiver, alors vers le mois d’avril celle-ci se déverse naturellement dans le lit asséché de la rivière. Quelques kilomètres plus loin encore, la rivière Zin stoppe finalement sa course qui prend fin sur les rivages de la Mer Morte.

Source: gentside.com

NDLR: C’est fascinant ce que la nature peut faire…


Agrandir le plan

En savoir plus sur Vincent Deroy

Depuis août 2012, je fouille sur le web à la recherche des cas paranormaux les plus étranges pour le site www.paranormalqc.com dont je suis le Rédacteur en chef. Handicapé de naissance, j'ai aussi été secrétaire-trésorier du musée de mon village pendant 6 ans et demi.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.