Un homme s'envole pour de vrai grâce à un jetpack

Un homme s’envole pour de vrai grâce à un jetpack

En date du 22 mai 2014.

Washington, États-Unis.

Voler dans les airs est l’un des fantasmes les plus recherchés par l’Homme. De nos jours, seuls quelques moyens technologiques permettent de réaliser ce souhait, le jetpack en fait partie et un pilote humain s’y est testé pendant quelques secondes lors d’un festival aux États-Unis.

Voilà une scène qui devrait ravir les amateurs de science-fiction et de technologie futuriste. Elle s’est déroulée samedi dernier devant une foule de personnes venues participer au festival «Future is Here» à Washington, aux Etats-Unis. Et le moins qu’on puisse dire c’est que les visiteurs ne sont pas venus pour rien : parmi les présentations faites, ils ont pu assister à une démonstration d’un véritable réacteur dorsal ou jetpack.

Pendant une vingtaine de secondes, un pilote a survolé l’intérieur du Ronald Reagan Building, un centre de commerce international, uniquement propulsé par le dispositif qu’il portait au dos. Il s’est élevé dans les airs depuis une plateforme avant de la regagner quelques secondes plus tard avec une parfaite maitrise atterrissant toute en douceur. Le tout sous les yeux ébahis des visiteurs envieux.

Le jetpack a été construit par l’entreprise Jet PI, qui précise que l’engin futuriste permet de voler pendant une durée de 26 secondes au maximum avant qu’il ne soit à court de jus. Si le délai apparait un peu court, la prouesse n’en reste pas moins impressionnante. Cette démonstration d’un réacteur dorsal à l’intérieur d’un bâtiment est d’ailleurs une première aux Etats-Unis, sans prendre en compte les essais réalisés dans l’entrepôt de l’entreprise, rapporte LiveScience.

Une réaction chimique pour voler

Le jetpack est alimenté par du peroxyde d’oxygène, c’est à dire de l’eau oxygénée concentrée à 90%, et de l’azote gazeux. Les deux éléments chimiques sont envoyés dans une chambre de réaction où ils réagissent en présence d’un catalyseur en argent. Il se dégage instantanément des jets de vapeur d’eau et d’oxygène qui fournissent la poussée nécessaire pour pouvoir s’élever dans les airs.

Néanmoins, pour se déplacer, il faut tout de même avoir quelques heures de leçons à son actif. Le pilote doit utiliser deux poignées, l’une sert à contrôler la puissance des jets et l’autre permet de maîtriser la dynamique du vol, dont le tangage, l’embardée et la rotation. Pour parvenir à bien maitriser l’engin et voler de façon efficace, il faut donc apprendre à jouer sur les manettes.

Un engin couteux

Aussi fantastique qu’il paraisse, l’engin lui-même coûte tout de même entre 100.000 et 150.000 dollars (soit entre 73.000 et 110.000 euros) et n’est pas encore disponible en magasin. Cependant, il est tout de même possible d’acheter les pièces pour les assembler vous-même, mais il vous manquera les ingrédients chimiques de la formule magique pour pouvoir décoller. Les fans de Star Wars devront donc attendre encore un peu avant de se prendre pour le chasseur de primes Boba Fett.

Pour 10.000 dollars (7.300 euros), il est possible d’acquérir son homologue fonctionnant à l’eau, le réacteur dorsal aquatique. Ce dernier permet de voler jusqu’à 10 mètres de haut et de voler à 40km/h et cela pendant 2 heures. Le principe est simple, l’eau est aspiré par un «petit bateau motorisé» relié à un long tuyau et sera recrachée sous pression par les tuyères de votre jetpack. Ainsi, vous ferez mieux que Jésus Christ qui a marché sur l’eau… vous la survolerez !

Source: Wikistrike

NDLR: Malheureusement, la vidéo a disparue


Agrandir le plan

En savoir plus sur Vincent Deroy

Depuis août 2012, je fouille sur le web à la recherche des cas paranormaux les plus étranges pour le site www.paranormalqc.com dont je suis le Rédacteur en chef. Handicapé de naissance, j'ai aussi été secrétaire-trésorier du musée de mon village pendant 6 ans et demi.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.