Une des plus grandes idées reçues sur les dinosaures s'effondre

Une des plus grandes idées reçues sur les dinosaures s’effondre

En date du 16 juin 2014.

Les dinosaures n’avaient ni le sang froid comme les reptiles d’aujourd’hui, ni le sang chaud comme les mammifères et les oiseaux modernes, mais ils étaient à une température intermédiaire. C’est ce que conclut une recherche publiée dans la revue américaine Science vendredi 13 juin.

Pour étudier le métabolisme de ces animaux disparus il y a 65 millions d’années, ces chercheurs conduits par John Grady, un biologiste de l’Université du Nouveau-Mexique, ont non seulement analysé les anneaux de croissance annuelle des os fossilisés de plusieurs dinosaures, mais aussi l’évolution de leur taille entre la naissance et l’âge adulte. Ils ont comparé ces résultats à une base de données portant sur 400 animaux éteints et vivants.

Les dinosaures avaient un métabolisme proche des thons

Ces biologistes en ont conclu que le métabolisme des dinosaures se situait entre celui des animaux ectotherme (reptiles), dont la température du corps est seulement engendrée par les échanges thermiques avec l’environnement, et ceux qui sont endothermes. Dans ce cas, la température du corps est générée par un mécanisme interne comme chez les mammifères et les oiseaux. Les dinosaures tombaient dans la catégorie intermédiaire, dite mésotherme, plus proche de celle des thons, de certains requins et de la tortue caouanne.

Bien que pas entièrement endothermes, ces animaux dépendent d’un mécanisme interne pour générer de la chaleur métabolique afin de maintenir les températures de leur corps tout en étant sujets à d’autres moments aux températures de l’environnement. Les dinosaures avaient une physiologie qui n’est pas habituelle dans le monde d’aujourd’hui, résument les auteurs. Les résultats de cette recherche pourraient aider les scientifiques à mieux comprendre les anciens écosystèmes de la période mésozoïque, qui a duré 185 millions d’années et durant laquelle vivaient les dinosaures.

Un débat qui dure depuis le 19e siècle

Ils pourraient aussi être utilisés pour estimer les types de métabolisme d’autres animaux de cette période qui restent encore obscures. Les scientifiques ont débattu sur le fait de savoir si les dinosaures étaient des animaux à sang froid ou chaud depuis le moment de leur découverte, avançant dès le 19e siècle la théorie d’animaux à sang plutôt chaud en se basant sur leur physiologie. Cette hypothèse a été confortée au fur à mesure des découvertes de dinosaures rapides et puissants comme les vélociraptors qui, pensait-on alors, devaient avoir le sang chaud pour brûler autant d’énergie.

Selon les auteurs de cette dernière recherche, le fait d’avoir un métabolisme intermédiaire, ni trop rapide ni trop lent, a permis aux dinosaures de devenir beaucoup plus grand que tout autre mammifère et de s’imposer dans l’écosystème. Les animaux à sang chaud ont un métabolisme qui nécessite de manger beaucoup, les forçant à chasser fréquemment ou à mâcher souvent des plantes s’ils ne sont pas carnivores.

Source: Wikistrike

En savoir plus sur Vincent Deroy

Depuis août 2012, je fouille sur le web à la recherche des cas paranormaux les plus étranges pour le site www.paranormalqc.com dont je suis le Rédacteur en chef. Handicapé de naissance, j'ai aussi été secrétaire-trésorier du musée de mon village pendant 6 ans et demi.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.