Elon Musk dévoile le Starship, la fusée de SpaceX qui emmènera des humains dans l’espace

Elon Musk dévoile le Starship, la fusée de SpaceX qui emmènera des humains dans l’espace

Après des années de spéculation et de matraquage publicitaire, le PDG de SpaceX a finalement expliqué comment le Starship transportera les humains sur la Lune et finalement sur Mars.

Elon Musk était visiblement enthousiaste lorsqu’il est monté sur scène samedi soir dans les installations de SpaceX à Boca Chica, au Texas. Derrière lui se trouvait la coque d’une fusée étincelante en forme de projectile, revêtue d’acier inoxydable. Cela ressemblait à quelque chose tiré directement des pages d’un roman de science-fiction, mais ce n’est pas de la fantaisie. Voici le Starship : l’étage supérieur de la fusée de la prochaine génération de SpaceX, dont Musk espère qu’elle transportera bientôt des humains sur la Lune et éventuellement sur Mars.

« La conscience est une chose très rare et précieuse, et nous devrions prendre toutes les mesures que nous pouvons pour préserver la lumière de la conscience, » a dit Musk. « Je pense que nous devrions faire de notre mieux pour devenir une espèce multiplanétaire et étendre notre conscience au-delà de la Terre, et nous devrions le faire tout de suite. »

Il y a onze ans jour pour jour, SpaceX a envoyé la première fusée privée à propergol liquide en orbite. Pour saluer les progrès de l’entreprise, Musk a placé une fusée Falcon 1 sur scène à côté du Starship. Au cours de la décennie qui a suivi la mise en orbite du Falcon 1, SpaceX a été le pionnier des fusées capables de se poser toutes seules, a lancé une voiture de sport dans l’espace et est sur le point de transporter des astronautes de la NASA dans la Station spatiale internationale. Chaque réalisation a rapproché Musk de son objectif ultime de placer des humains sur Mars. A présent, il a enfin une fusée qui peut l’y emmener et le ramener.

« La percée critique dont nous avons besoin pour devenir une civilisation spatiale est de faire en sorte que les voyages dans l’espace ressemblent aux voyages aériens », a dit M. Musk. « Une fusée rapidement réutilisable est le Saint Graal de l’espace. »

Le prototype du Starship dévoilé par Musk, connu sous le nom de Mark 1, est l’une des deux fusées identiques assemblées par SpaceX. L’autre fusée, Mark 2, est située à l’installation SpaceX à Cape Canaveral, en Floride, où la société effectue la plupart de ses lancements. Musk a dit que le premier vol du Starship Mark 1 aurait lieu dans « un à deux mois ». Il décollera du Texas sur une trajectoire suborbitale qui atteindra une altitude maximale de 19 kilomètres. Musk a dit que le premier vol en orbite pourrait avoir lieu dans les six mois suivant le premier vol suborbital du Starship.

Le Starship n’est qu’une moitié de la fusée qui finira par propulser les humains vers d’autres mondes. Dans sa forme finale, il sera placé sur un propulseur de fusée Super Heavy, qui sera équipé d’un maximum de 37 moteurs Raptor. Le moteur Raptor produit deux fois plus de poussée que les moteurs utilisés sur les fusées Falcon 9 de SpaceX et compte parmi les moteurs fusées les plus puissants jamais construits. La version orbitale du Starship sera équipée de six moteurs Raptor, mais le prototype Mark 1 effectuera ses premiers vols suborbitaux avec seulement trois moteurs.

Même lorsqu’il n’est pas au sommet d’un propulseur Super Heavy, le Starship est une bête. La fusée mesure plus de 48 mètres de haut et pèse environ 1 400 tonnes lorsqu’elle est ravitaillée en carburant. Monté sur un propulseur d’appoint Super Heavy avec une charge utile pleine grandeur, le poids de la charge totale sera d’environ 4,5 millions de kg. Le combo Starship/Super Heavy détrônera la fusée Saturn V de la NASA qui a transporté les astronautes d’Apollo sur la Lune, la plus grande et la plus puissante fusée jamais construite. En fait, Elon Musk a dit que le Super Heavy produira environ deux fois plus de poussée que la fusée Saturn V.

Le Starship n’a rien à voir avec ce qui a été envoyé dans l’espace. C’est un véhicule que Musk a décrit comme un « étrange » croisement entre un propulseur de fusée, une capsule d’équipage et un Parachute. Tout comme les autres fusées SpaceX, le Starship sera capable de se poser après son voyage dans l’espace. Mais son retour sur Terre sera très différent. Alors que les propulseurs d’appoint Falcon 9 et Falcon Heavy retournent à l’aire de lancement à un angle de près de 90 degrés, le Starship va essentiellement s’écraser dans l’atmosphère et juste avant l’atterrissage.

« C’est une toute nouvelle approche pour contrôler une fusée, » a dit Musk. « C’est beaucoup plus proche d’un parachutiste. Ça aura l’air dingue de voir ce truc atterrir. »

Avec cette révélation terminée, il est temps pour le Starship de faire ses preuves en vol. Au cours de l’été, SpaceX a effectué deux essais de son véhicule « Starhopper », qui représente environ un tiers de la taille du Starship et ne possède qu’un moteur Raptor. Au cours du deuxième vol d’essai, le Starhopper a atteint une altitude de près de 153 mètres, s’est déplacé latéralement de quelques mètres et s’est posé. SpaceX a déjà déposé une demande d’autorisation de vol auprès de la FAA et de la FCC. Selon ces documents, le premier vol du Starship pourrait avoir lieu dès le 13 octobre et atteindre une altitude allant jusqu’à 22 kilomètres, soit environ un tiers du chemin qui mène dans l’espace.

Entre-temps, SpaceX devra accélérer la production de son moteur Raptor. Selon Musk, l’entreprise a déjà produit 12 moteurs, ce qui représente moins de la moitié du nombre minimum nécessaire pour équiper un propulseur Super Heavy. En mai, M. Musk a dit qu’il s’attendait à ce que l’entreprise produise un nouveau moteur Raptor tous les trois jours d’ici la fin de l’été, mais il n’est pas clair si l’entreprise est proche de cet objectif.

Bien que le Starship ait encore beaucoup de tests à faire avant d’envoyer des humains dans l’espace, Musk a déjà commercialisé des sièges à bord du vaisseau spatial pour un voyage autour de la lune. En septembre dernier, le milliardaire japonais Yusaku Maezawa a annoncé qu’il allait faire le tour de la Lune à bord du Starship et emmener avec lui une poignée d’artistes. À l’époque, Musk a dit que le vol pourrait avoir lieu dès 2023, mais seulement « si tout se passe bien à 100 % ».

Musk a l’habitude de faire de grandes promesses et son vœu d’être le premier à mettre des humains sur Mars lui a toujours semblé démagogique. Mais après la révélation du vaisseau ce soir, nous n’avons jamais été aussi proches de la planète rouge.

Source: Wired, Le nouvel ordre mondial, le 29 septembre 2019

En savoir plus sur Vincent Deroy

Depuis août 2012, je fouille sur le web à la recherche des cas paranormaux les plus étranges pour le site www.paranormalqc.com dont je suis le Rédacteur en chef. Handicapé de naissance, j'ai aussi été secrétaire-trésorier du musée de mon village pendant 6 ans et demi.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.