Christophe Colomb n'aurait pas découvert l'Amérique

Christophe Colomb n’aurait pas découvert l’Amérique

En date du 30 septembre 2014.

Conservée à la Bibliothèque du Congrès, à Washington, une carte dessinée sur une peau de mouton suggère que l’Amérique a été découverte par l’explorateur italien Marco Polo, 200 ans avant Christophe Colomb.

Et si l’Histoire se trompait depuis 500 ans ? Une nouvelle étude menée sur une ancienne carte conservée par la Bibliothèque du Congrès à Washington, suggère que Marco Polo a été le premier à découvrir l’Amérique. L’événement aurait eu lieu au XIIIe siècle, environ 200 ans avant la découverte historique du “Nouveau Monde” par Christophe Colomb en 1492.

La véracité de ces conclusions est appuyée par une série de résultats attestant notamment que le document parle de l’explorateur italien. Sur la carte est en effet représenté le blason de Marco Polo à coté d’une représentation du détroit de Béring séparant la Sibérie de l’Alaska. Si le document s’avère authentique, cela voudrait dire que le navigateur a bel et bien découvert la côte ouest de l’Amérique.

Une carte découverte en 1930

La carte sur laquelle a porté l’étude a été dessinée sur un peau de mouton. Elle a été recueillie par la Bibliothèque du Congrès dans les années 1930 après avoir été retrouvée parmi 14 documents dans une malle appartenant à un citoyen américain d’origine italienne. Examinés pour la première fois en profondeur, ces documents semblent avoir été rédigés par Bellala, l’une des trois filles de Marco Polo.

Ils racontent la rencontre entre son père et un commerçant syrien de la péninsule du Kamtchatka, à l’extrême orient du continent asiatique. Selon le récit, les deux hommes et leur équipage auraient traversé ensemble le détroit de Béring et se seraient ainsi retrouvés en Amérique du Nord. Sur ces terres, Marco Polo aurait découvert un peuple portant des peaux de phoque, se nourrissant de poisson et vivant dans des abris “sous terre”.

Autant d’éléments qui ajoutent une certaine véracité à la théorie. “Cela signifierait qu’un Italien a appris l’existence de la côte ouest de l’Amérique du nord ou en a entendu parler par des Arabes ou des Chinois”, a expliqué Benjamin B. Olshin, historien et auteur du livre The Mysteries of the Marco Polo Maps.

L’authenticité du document encore à confirmer

Il reste toutefois quelques zones d’ombre à éclairer avant de réécrire l’histoire. En effet, certains doutes subsistent encore quant à l’authenticité de ces 14 documents et pour cause, Marco Polo n’a jamais mentionné lui-même ce périple ni la région dans ses récits de voyages. Une omission qui peut être justifiée par ses derniers mots prononcés à l’aube de sa mort : “Je n’ai pas écrit la moitié de ce que j’ai vu”.

Il est cependant plus difficile d’expliquer la date des documents. Selon les analyses au carbone, ceux-ci dateraient du XIVème ou XVème siècle. Ainsi, même s’ils sont authentiques il ne s’agit pas de l’original mais d’une copie plus récente. Quoi qu’il en soit, les documents restent tout de même antérieur à la découverte officielle du détroit de Béring attribuée en 1728 au navigateur danois Vitus Bering.

Source: Wikistrike

En savoir plus sur Vincent Deroy

Depuis août 2012, je fouille sur le web à la recherche des cas paranormaux les plus étranges pour le site www.paranormalqc.com dont je suis le Rédacteur en chef. Handicapé de naissance, j'ai aussi été secrétaire-trésorier du musée de mon village pendant 6 ans et demi.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.