Grippe aviaire: La Panique?

Grippe aviaire: La Panique?

Pourquoi les autorités sanitaires mondiales lancent-elles des avertissements aussi inquiétants au sujet de la grippe aviaire ? Savent-ils quelque chose que nous ignorons tous ?

Le virus H5N1 circule depuis plusieurs années sur l’ensemble de la planète et constitue la pire épidémie que le monde ait jamais connue. Des centaines de millions d’oiseaux sont déjà morts et le virus H5N1 infecte maintenant les mammifères avec une régularité alarmante. La bonne nouvelle, c’est que jusqu’à présent, il ne constitue pas une menace sérieuse pour l’homme, mais cela pourrait-il bientôt changer ?

Selon l’Organisation mondiale de la santé, la possibilité que le virus H5N1 commence à se propager chez l’homme est « extrêmement préoccupante« …

L’Organisation mondiale de la santé a mis en garde contre la propagation croissante de la grippe aviaire à l’homme, ce qui est « extrêmement préoccupant ».

Le virus, un sous-type H5N1 extrêmement mortel, a provoqué un déclin dévastateur des populations d’oiseaux après son apparition en Europe en 2020.

Il s’est ensuite propagé à des mammifères tels que les vaches, les chats, les phoques et maintenant les humains, ce qui accroît le risque de mutation du virus pour qu’il devienne plus transmissible.

Le fait qu’autant de types de mammifères différents soient désormais infectés est tout à fait alarmant.

Mais les vaches ne seraient peut-être pas infectées si nous ne les nourrissions pas littéralement avec de la m*rde de poulet…

Alors que les épidémiologistes s’efforcent de comprendre comment les vaches laitières du Midwest ont été infectées par une souche de grippe aviaire hautement pathogène – une maladie qui a décimé des centaines de millions d’oiseaux sauvages et d’élevage, ainsi que des dizaines de milliers de mammifères à travers la planète – ils s’intéressent à une pratique de « recyclage » standard employée par des milliers d’agriculteurs à travers le pays : L’alimentation du bétail élevé pour la consommation humaine avec des déchets et des parties d’animaux.

« Cela semble macabre, mais c’est une pratique parfaitement légale et courante que de donner de la litière de poulet – la matière qui s’accumule sur le sol des installations d’élevage de poulets – au bétail », a déclaré Michael Hansen, un scientifique de haut niveau de Consumers Union.

On ne sait pas si c’est en mangeant de la merde de poulet que tant de vaches, dans tant d’États différents, sont infectées par le virus H5N1.

Mais à l’heure où la grippe aviaire sévit parmi les poulets et les dindes, il semble tout à fait insensé de donner de la merde de poulet à nos vaches.

Quoi qu’il en soit, l’éventualité d’une épidémie de H5N1 chez l’homme suscite aujourd’hui une grande panique.

Les autorités de l’OMS préviennent que le taux de mortalité serait « extraordinairement élevé » si une telle épidémie se produisait…

Les experts de l’OMS ont déclaré que les humains étaient confrontés à un taux de mortalité « extraordinairement élevé » si la souche devait se répandre, tuant actuellement plus de la moitié des personnes infectées.

Je suis d’accord.

La grippe aviaire est très dangereuse et si elle commence à se propager à grande échelle chez l’homme, beaucoup de gens mourront.

Alors pourquoi l’argent des contribuables américains est-il utilisé pour financer des expériences en Chine spécifiquement conçues pour rendre les virus de la grippe aviaire encore plus mortels ? Ce qui suit est tiré d’un article extrêmement choquant du Daily Mail …

Les législateurs exigent des réponses après qu’il a été révélé que les États-Unis envoient l’argent des contribuables à un laboratoire de l’armée chinoise pour rendre les virus de la grippe aviaire encore plus dangereux pour l’homme.

Dix-huit membres du Congrès exigent des réponses du ministère de l’agriculture (USDA) sur ce projet, qui a été révélé pour la première fois par DailyMail.com.

Il s’inscrit dans le cadre d’une collaboration d’un million de dollars entre l’USDA et l’Académie chinoise des sciences, dirigée par le PCC, institution qui supervise le laboratoire de Wuhan, au centre de la théorie de la fuite du laboratoire Covid.

Dans une lettre cinglante adressée la semaine dernière au secrétaire de l’USDA, Tom Vilsack, le groupe bipartisan a déclaré : « Cette recherche, financée par les contribuables américains, pourrait potentiellement générer de nouvelles souches virales dangereuses créées en laboratoire qui menacent notre sécurité nationale et notre santé publique ».

Comme je l’ai signalé dans mon dernier livre, des savants fous du monde entier s’emparent de certains des microbes les plus mortels que l’humanité ait jamais connus et tentent délibérément de les rendre encore plus mortels.

Et bien trop souvent, c’est l’argent de vos impôts qui paie pour cela.

Bien sûr, les expériences sur le H5N1 ne sont pas nouvelles.

Il y a plus de dix ans, des expériences de gain de fonction financées par les docteurs Francis S. Collins et Anthony Fauci ont permis de créer une version mutante du H5N1 qui « avait acquis la capacité de se propager dans l’air entre furets« …

Pourtant, fin 2011, le monde a appris que deux équipes scientifiques – l’une dans le Wisconsin, dirigée par le virologue Yoshihiro Kawaoka, et l’autre aux Pays-Bas, dirigée par le virologue Ron Fouchier – avaient potentiellement poussé le virus dans cette direction. Chacun de ces laboratoires a créé des virus H5N1 qui ont acquis la capacité de se propager dans l’air entre les furets, le modèle animal utilisé pour étudier le comportement des virus de la grippe chez l’homme.

L’objectif ultime de ces travaux était de contribuer à protéger le monde contre de futures pandémies, et la recherche était soutenue par les mots et le financement de deux des scientifiques les plus éminents des États-Unis : Francis S. Collins, directeur des Instituts nationaux de la santé, et Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses des NIH.

Pourquoi auraient-ils délibérément créé une telle chose ?

Les furets ont été spécifiquement choisis pour cette recherche parce que leur système respiratoire est très similaire à celui des humains.

Notre capacité à créer des maladies mortelles dépasse de loin notre capacité à les contrôler, et une fois que quelque chose se répand, il peut se propager dans le monde entier en un clin d’œil.

À l’heure actuelle, une « mystérieuse maladie respiratoire » apparue soudainement en Argentine suscite de vives inquiétudes …

Une mystérieuse maladie respiratoire a entraîné l’hospitalisation de dizaines de personnes en Argentine, dans le cadre d’une épidémie qui présente d’étranges similitudes avec l’arrivée de Covid.

Soixante patients ont été atteints d’une « pneumonie atypique sévère » dans la capitale, Buenos Aires.

Une alerte concernant ce groupe de cas a été diffusée hier soir par un système international de surveillance de la santé publique.

Le covid a été porté à l’attention du monde entier fin 2019 grâce à la même base de données, appelée ProMed.

Il faut espérer qu’il ne s’agisse de rien.

Mais ce n’est qu’une question de temps avant que d’autres grandes pestes ne ravagent notre planète.

Le virus H5N1 sera-t-il l’un d’entre eux ?

Je ne sais pas, mais c’est une histoire que je suivrai de près.

Source: Le nouvel ordre mondial, The Most Important News, Traduction: Aube Digitale.

En savoir plus sur Vincent Deroy

Depuis août 2012, je fouille sur le web à la recherche des cas paranormaux les plus étranges pour le site www.paranormalqc.com dont je suis le Rédacteur en chef. Handicapé de naissance, j'ai aussi été secrétaire-trésorier du musée de mon village pendant 6 ans et demi.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.