PruslasAvertissement : Le texte qui suit est à titre informatif et pour le divertissement. Il ne reflète en rien l’opinion de la Rédaction.

Les sous-secrétaires d’État infernaux dépendent directement des ministres susnommés.

Dépendent de Satanachia.

Il est chargé principalement de provoquer la famine sur la terre. Dans ce but, il utilise la sécheresse, les nuages de sauterelles, les épizooties, etc.

Il produit également l’anorexie et l’inappétence, ainsi que la boulimie. Il est le créateur du pica, qui est la manducation de substances non alimentaires. Par sa faute, on voit des enfants manger des cailloux, du savon, de la craie, du dentifrice, etc.

Certaines « envies » des femmes enceintes sont inspirées par lui. Les médecins, et pour cause, se perdent en conjectures sur les raisons qui amènent ces femmes à vouloir avaler des substances aussi peu alimentaires que la cendre, le goudron, ou le charbon de bois.

Pruslas pousse également certains êtres à l’ondinisme, c’est-à-dire au désir de boire de l’urine.

L’évocation et le pacte.

Informations générales sur le pacte et l’évocation.

Ce Grand Démon n’est généralement pas évoqué par les simples particuliers. Il ne l’est que par les conquérants, les chefs d’État, les monarques, les militaires de haut grade, les grands capitaines d’industrie.

Ils recourent à lui pour obtenir que la disette ou la pénurie de matières premières s’abattent sur les pays avec lesquels ils sont à l’état de guerre froide ou ouverte, étant donné qu’une nation réduite à la famine est plus qu’à moitié vaincue.

Formule évocatoire :

« O Grand Démon Pruslas, moi, le roi de… ou le Président de… ou le Généralissime X… ou !e Dictateur Z…, je te prie de me faire l’honneur de m’apparaître pour une affaire particulière dont j’ai à t’entretenir. »

(Exposition de ladite affaire.)

« Je veux signer un pacte avec toi afin d’obtenir de nos puissances conjuguées la réalisation de mon voeu. »

« Si tu m’accordes ce que je désire, dans vingt années révolues, mon corps et mon âme t’appartiendront pour l’éternité. »

Source : Diable, démons et Vampires. Édition : Poche Sélect. 1977