CornedurAvertissement: Le texte qui suit est à titre informatif et pour le divertissement. Il ne reflète en rien l’opinion de la Rédaction.

Les sous-secrétaires d’État infernaux dépendent directement des ministres susnommés.

Dépendent de Méphistophélès, ministre de la Culture:

Il est le grand maître du mauvais goût dans tous les domaines. Tout ce qui est inélégant et inharmonieux relève de son influence.

Il défigure les paysages des plus belles régions et des plus belles villes.

Il amène partout la laideur, la difformité, grossièreté, le grotesque, le repoussant, le malséant, le disgracieux et l’horrible.

Il protège l’art pompier, mais aussi les formes les plus dégradées de l’art abstrait.

En littérature, il inspire les faux chefs-d’oeuvre, le clinquant, l’emphase, la pédanterie, le style ampoulé, le pathos, les mots ronflants, le galimatias, le mélodrame et
déclamation.

C’est lui qui fait bâtir les hideux grattes-ciel qui déshonorent notre époque et rend les hommes malheureux. Il saccage la beauté des campagnes par l’implantation de villes-champignons.

L’évocation et le pacte.

Informations générales sur le pacte et l’évocation.

On s’adresse à lui lorsque l’on veut enlaidir, défigurer, polluer, abaisser, salir, aveulir, dégrader.

Il protège les promoteurs, les mauvais architectes et les mauvais décorateurs, les peintres sans talent, les écrivassiers, les gribouilleurs, les compilateurs, etc.

Il est l’ami des chanteurs sans voix et apprécie les chansons les plus stupides et les plus plates.

Formule évocatoire:

« O Cornedur, Grand Maître de la Platitude, daigne m’apparaître, puisque les Trois Grands Maîtres de l’Enfer ne s’y opposent pas. »

« Je veux signer un pacte avec toi afin d’obtenir de ta puissance l’accomplissement de mon voeu particulier. »

(À ce moment, on doit expliquer le motif de l’évocation.)

« Si tu m’accordes ce que je veux, dans vingt années révolues, mon corps et mon âme t’appartiendront pour l’éternité. »

Source: Diable, démons et Vampires. Édition: Poche Sélect. 1977