BélialAvertissement : Le texte qui suit est à titre informatif et pour le divertissement. Il ne reflète en rien l’opinion de la Rédaction.

Les sous-secrétaires d’État infernaux dépendent directement des ministres susnommés.

Dépendent de Méphistophélès, ministre de la Culture.

C’est le grand maître du sacrilège et des impiétés. Il préside à toutes les apostasies, aux profanations, aux blasphèmes, aux reniements, aux simonies et aux exécrations.

Il s’empara de l’âme de l’empereur Julien, et le conduisit à restaurer le paganisme.

Il inspire les profanations d’hosties, les effractions de tabernacles, les atteintes au caractère sacré des prêtres, les mauvais usages de l’eau bénite, la dérision des objets du culte.

Sous la Révolution, il prit la forme de la Déesse Raison pour s’installer sur les autels en lieu et place du Crucifix.

Au Moyen Age, il organisait les célèbres fêtes des fous. Dans les églises, on voyait des ânes porteurs de mitre et de vêtements liturgiques, tandis que se déroulaient des pantalonnades destinées à tourner les rites en ridicule.

Inutile de dire qu’il fut l’inspirateur du triple reniement de Saint-Pierre au premier jour de la Passion.

Il est l’inventeur des jurons les plus blasphématoires et des gros mots en général. Il avait beaucoup d’influence sur le bon roi Henri IV, qu’il faisait jurer comme un charretier et fût très déconfit lorsque le confesseur royal persuada son maître de remplacer le nom de Dieu par « bleu » ou « coton » : ventrebleu, sacrebleu, jarnicoton, etc.

Enfin, il est le promoteur de la vente des indulgences et de toutes les actions simoniaques de l’histoire; mais sur ce point, il fut battu en brèche par Luther.

L’évocation et le pacte.

Informations générales sur le pacte et l’évocation.

On s’adresse au démon Bélial lorsqu’on veut nuire à un prêtre, qu’il soit simple curé de campagne, ou archevêque, à un pasteur, à un rabbin, à un pape ou à un bonze.

On fait également appel à lui pour nuire à la religion en général, dans ses principes dans ses dogmes et dans ses rites.

Il protège ceux qui veulent commettre des profanations, des atteintes au caractère sacré et tourner le culte en dérision.

Il est l’ami des apostats et des renégats.

Formule évocatoire :

« O Bélial, Grand Maître du Blasphème et du Sacrilège, daigne m’apparaître, puisque les Trois Grands Maîtres de l’Enfer ne s’y opposent pas. »

« Je veux signer un pacte avec toi afin d’obtenir par ta Haine de toute foi, l’accomplissement de mon voeu particulier. »

(À ce moment, expliquer le motif de l’évocation.)

« Si tu m’accordes ce que je veux, dans vingt années révolues, mon corps et mon âme t’appartiendront pour l’éternité. »

Source : Diable, démons et Vampires. Édition : Poche Sélect. 1977